Médicaments contre l’hypertension : l’olmésartan ne sera plus remboursé

À partir du 3 juillet 2016, les médicaments à base d’olmésartan prescrits dans le traitement de l’hypertension artérielle ne seront plus remboursés. L’Agence de sécurité du médicament (Ansm) met en garde les patients pour qu’ils n’arrentent pas brusquement leur traitement, mais consultent leur médecin. L’Agence informe également sur les médicaments alternatifs.

Publicité

Médicaments : service médical rendu insuffisant pour l’olmésartan

L’olmésartan appartient à la famille des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II prescrits dans le traitement de l’hypertension artérielle. Il est présent dans de nombreux médicaments commercialisés sous les noms de : Olmetec®, Alteis®, CoOlmetec®, Alteisduo®, Sevikar® et Axeler®.

Mais en avril dernier, au regard des données les plus récentes, le service médical rendu de l’olmésartan est apparu insuffisant. La Haute autorité de santé a considéré que « l’utilisation de l’olmésartan au regard des alternatives disponibles constitue une perte de chances pour les patients ». Autrement dit, l’efficacité de l’olmésartan est moins bonne que les autres médicaments de la classe des sartans. De plus, il a été associé à un risque, certes très faible, de complications digestives (entéropathies). La publication d’un arrêté un an plus tard, signe la fin du remboursement de ce médicament à compter du 3 juillet 2016.

Publicité
Publicité

Hypertension artérielle : se reporter aux médicaments alternatifs

L’Ansm demande aux patients sous olmésartan de ne pas arrêter brutalement leur traitement sans l’avis préalable de leur médecin, mais de profiter de leur prochaine consultation pour réévaluer leur traitement antihypertenseur et choisir un des médicaments alternatifs, mieux tolérés et remboursés : candésartan (Atacand, Kenzen et leurs génériques), éprosartan (Teveten), irbésartan (Aprovel et ses génériques), losartan (Cozaar et ses génériques), telmisartan (Micardis, Pritor et leurs génériques), valsartan (Nisis, Tareg et leurs génériques). L’Agence précise qu’il existe d’autres médicaments inhibiteurs du système rénine angiotensine (inhibiteurs de l’enzyme de conversion ou IEC) et d’autres médicaments antihypertenseurs appartenant à d’autres classes.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 07 Avril 2016 : 10h29
Mis à jour le Jeudi 07 Avril 2016 : 10h30
Source : Communiqué de presse de l’Ansm, 3 avril 2016. Fiche de bon usage des médicaments de la HAS, « Médicaments de l’hypertension artérielle à base d’olmésartan : Pourquoi ne sont-ils plus remboursés ? Quelle conduite à tenir ? », mars 2016.
PUB
PUB