Maladies thyroïdiennes : 10% de la population est concernée

Les dysfonctionnements thyroïdiens sont en général peu évoqués alors que la fréquence de ses formes relativement bénignes touche près de 10% de la population ! Les femmes étant identifiées comme les principales victimes, il semblerait que la mise en place de mesures de prévention permettrait leur détection précoce.
Publicité

Les pathologies de la thyroïde regroupent les maladies hormonales (hyper- ou hypothyroïdie) et morphologiques (goitre, nodules). Le dosage des hormones thyroïdiennes contribuant à 10% des prescriptions en biologie médicale, ces troubles sont relativement fréquents. L'incidence des hyperthyroïdies est estimée à 1-2% avec une prépondérance féminine (8 femmes pour 1 homme). L'hypothyroïdie, encore plus répandue, toucherait entre 4 et 8% de la population. Elle s'accroît avec l'âge et là encore les femmes sont plus souvent touchées avec 15% des plus de 50 ans, soulevant alors l'intérêt d'un dépistage dans cette tranche d'âge.En ce qui concerne les formes morphologiques, la France ne fait plus partie de la zone endémique pour le goitre (4% des garçons et 3% des filles âgés de 6 à 14 ans). Quant aux nodules, ils représentent 4% de la population adulte, principalement détectés lors d'une échographie. Les cancers de la thyroïde sont rares et principalement détectés chez les femmes. Comme dans la plupart des pays leur incidence augmente en raison d'un dépistage plus important des microcancers, essentiellement lors de la prise en charge d'une pathologie thyroïdienne bénigne.

Publicité
Publicité

Les outils diagnostiques

L'hormone thyroïdienne THS est le premier paramètre modifié en cas de dysthyroïdie. Son dosage permet de diagnostiquer le niveau de l'atteinte. Les explorations morphologiques utilisent essentiellement l'échographie, la scintigraphie, voire la ponction cytologique, afin de pallier les limites de l'examen clinique.

Soulignons que la prise en charge des maladies thyroïdiennes est essentielle, notamment en cas d'hyperthyroïdie en raison du risque de complications potentiellement graves, notamment des troubles du rythme cardiaque.Leur diagnostic est donc primordial surtout chez les femmes de plus de 50 ans !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Février 2001 : 01h00
Source : Club Santé 27ème Session, Venise, février 2001.