Maladie cardiovasculaire : l’alcool présente un risque immédiat

Consommer modérément de l’alcool a un impact immédiat sur la santé et représente un risque à court terme de maladie cardiovasculaire, c’est ce que révèle une méta-analyse publiée dans la revue Circulation.

PUB

Alcool et maladie cardiovasculaire : des effets à court terme jusqu’alors méconnus

Les effets à long terme de l’alcool sur la santé sont bien documentés. Les risques à court terme dans le domaine neuropsychologique sont également connus. Mais que se passe-t-il sur le plan de la maladie cardiovasculaire immédiatement après avoir bu un verre ? C’est ce qu’ont voulu savoir des chercheurs de l’université de Harvard aux États-Unis. Pour ce faire, ils ont passé au crible la littérature scientifique sur le sujet, parue entre 1966 et 2015, soit 23 études regroupant près de 30 000 volontaires de 52 pays différents.

PUB
PUB

Les risques cardiovasculaires apparaissent dans les 24 h

Les résultats montrent que les conséquences sont très différentes dans le temps, pour ne pas dire paradoxales. En effet, la consommation de deux à quatre verres d’alcool (voire seulement un verre chez certains) par jour est associée à un risque plus élevé d’accidents cardiovasculaires dans les heures qui suivent leur ingestion.

Mais si des troubles du rythme cardiaque, une augmentation de la tension artérielle et une plus forte coagulation sont immédiatement observés chez ces buveurs modérés, en revanche, leur risque diminue au-delà de 24 h. Il s’inverse même au fil du temps puisque, avec une consommation quotidienne identique, leur risque d’avoir un infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC) est réduit de 30% dans la semaine qui suit.

Publié le 30 Mars 2016 | Mis à jour le 30 Mars 2016
Auteurs : Brigitte Bègue, journaliste santé
Source : Alcohol and Immediate Risk of Cardiovascular Events : A systematic Review and Dose-Response Meta-Analysis, Mostofsky E et coll.
Voir + de sources
, Circulation 2015, 133:979-87.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés