Un malade informé en vaut deux

Les Français, désormais bien informés via internet, ont modifié la relation médecin malade. La confiance aveugle n'est plus et une certaine méfiance s'est même installée envers les médecins et particulièrement les spécialistes. Mais la profession médicale bénéficie toujours d'un grand respect.
PUB

Les malades deviennent des patients

Les pratiques changent, et de plus en plus rapidement. Autrefois, on consultait un médecin lorsqu'on était malade. Aujourd'hui, on consulte pour prévenir les maladies et pour améliorer son état de santé mais aussi son apparence. On devient alors un patient, quelqu'un qui consulte sans être malade pour autant. Parallèlement, avec la circulation de l'information, les patients sont de plus en plus informés et en demandent toujours plus à leur médecin.

PUB
PUB

Méfiance manifeste des patients

La nature des relations entre patient et médecin a été explorée à l'aide d'un sondage CSA réalisé pour le compte du magazine l'Expansion. On apprend ainsi que si les Français manifestent une certaine méfiance vis-à-vis de certains professionnels de santé, les médecins sont particulièrement bien respectés. Ils sont humains et compréhensifs pour 88% des patients, font attention à ne pas faire de prescriptions inutiles pour 77%, sans pour autant dire toute la vérité pour 61% des personnes interrogées. On constate aussi que les médecins généralistes sont mieux perçus que les spécialistes. Pour 51% des Français, les médecins généralistes perçoivent leurs patients comme des personnes qu'il convient de comprendre et d'écouter. Ce pourcentage descend à 19% vis-à-vis des spécialistes. 36% des Français pensent n'être pour leur médecin généraliste qu'un simple cas médical à traiter. Concernant les spécialistes, ce pourcentage monte à 67%.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Mars 2007 : 01h00
Source : L'Expansion, mars 2007.