Mal de tête : reconnaître une migraine chez les ados

Les ados aussi peuvent souffrir d’une migraine ou d’une céphalée de tension. Comment les reconnaître ? Comment traiter les crises et surtout comment les éviter ? Petite revue sur la migraine à destination des ados mais aussi des parents pour qu’ils puissent les aider à surmonter cette maladie très douloureuse et handicapante au quotidien.

PUB

Migraine : les ados aussi en souffrent

Tout le monde peut être touché par la migraine, enfants, ados, adultes. On estime que 15 % des ados en souffrent.

PUB
PUB

Reconnaître la migraineLes crises peuvent être plus ou moins longues, fréquentes ou intenses selon les personnes et aussi chez une même personne. Elles durent de 1, 2 heures à plusieurs jours, sans dépasser 3 jours consécutifs. Les crises de migraine peuvent s’espacer de quelques jours à plusieurs semaines ou plusieurs mois.Une crise de migraine se caractérise par une douleur pulsatile au niveau du front, des tempes ou des yeux, d’un seul ou des deux côtés. La douleur est tellement forte qu’elle gêne ou empêche la poursuite des activités : se concentrer, aller à l’école, sortir avec des amis, faire du sport, écouter de la musique, aller au cinéma, etc. Certaines crises obligent à se coucher dans le noir et à l’abri de toute source sonore.La crise de migraine s’accompagne d’autres symptômes : intolérance au bruit, à la lumière et nausées, voire vomissements. Mais aussi : faiblesse, tête qui tourne, mal au ventre, pâleur du visage, frilosité ou coup de chaud.Les migraines avec aura sont plus fréquentes chez les adosLes auras sont plus fréquentes chez les enfants et les ados migraineux que chez les adultes puisqu’elles sont ressenties par un ado sur deux.Elles se manifestent par des sensations visuelles (flashs, points lumineux ou colorés mouvants, flous, déformations), auditives (sifflements, bourdonnements, voix) ou sensitives (fourmillements, picotements dans les bras, les jambes, les mains, sur le visage) ne durant que quelques minutes et sans conséquence. Les facteurs déclenchantsCertains sont typiques, d’autres plus personnels. Chaque migraineux doit apprendre à les connaître pour les éviter au maximum :Les fortes luminosités.Les odeurs.Le bruit.Les efforts physiques.Les variations de température : avoir trop chaud ou trop froid.Une intense concentration sur ses devoirs, sur un livre ou sur un écran d’ordinateur.Les environnements confinés et/ou à fond sonore important comme dans les transports en commun, les magasins.Les émotions, les conflits, l’inquiétude, le stress.Les variations de sommeil : trop ou pas assez de sommeil.Sauter un repas.Un seul de ces facteurs peut suffire à déclencher une crise, et à plus forte raison s’ils se cumulent.Inversement, on peut apprendre à les éviter autant que possible et à les cumuler (porter des lunettes de soleil, éviter les endroits bruyants, manger régulièrement, se détendre…). On peut, ainsi, éviter une crise, sinon diminuer son intensité. Reconnaître les céphalées de tensionOn peut également souffrir de céphalées de tension. À noter que beaucoup de migraineux peuvent aussi avoir des céphalées de tension.Par rapport à la migraine, ces maux de tête sont moins intenses, n’empêchent pas la poursuite des activités quotidiennes et ne s’accompagnent pas des autres symptômes typiques de la migraine. En revanche, des tensions musculaires sont souvent associées aux maux de tête.Pourquoi est-ce si important de différencier migraine et céphalée de tension ?Parce que le traitement n’est pas le même. Quels traitements contre la migraine et les céphalées de tension ?Les céphalées de tension ne nécessitent pas de médicaments. Elles cèdent lorsque l’on se détend : il faut essayer de se relaxer, de se distraire, de sortir, de s’aérer, de manger si l’on a faim, etc.En revanche, les crises de migraine nécessitent un traitement médicamenteux contre la douleur, un antalgique classique ou un médicament spécifique contre la migraine (triptans). C’est le médecin qui proposera le traitement le plus adapté. Mais attention, les traitements de la crise doivent être pris le plus tôt possible, dès le tout début de la douleur pour augmenter son efficacité. Dans tous les cas il faut respecter les consignes du médecin et ne pas prendre plusieurs médicaments en même temps ou de façon trop rapprochée. Il existe également des traitements de fond, là encore à discuter avec son médecin. Des séances de relaxation ou d’auto-hypnose sont parfois proposées.On l’aura compris, la migraine est une vraie maladie, ce n’est pas dans la tête, ni du cinéma. Il faut donc consulter ! L’ado migraineux deviendra-t-il un adulte migraineux ?

Être atteint de migraine ne signifie que l’on en souffrira toute sa vie. En effet, outre les traitements adaptés, les crises peuvent s’espacer ou disparaître à un moment ou à un autre et parfois pour ne jamais réapparaître.

Publié le 24 Juin 2015 | Mis à jour le 24 Juin 2015
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Association Sparadrap, Guide « J’ai trop mal à la tête », http://www.sparadrap.org/Catalogue/Tout-le-catalogue/J-ai-trop-mal-a-la-tete-!-Ref.L13.
PUB