Louise Delage ou l’alcoolisme ordinaire

L’alcoolisme ordinaire, c’est ce que dénonce cette campagne très originale,diffusée sur les réseaux sociaux via un faux compte Instagram, mettant en scène Louise Delage, une jeune fille addicte, charmante et dynamique qui boit constamment de l’alcool en toute élégance et en toute discrétion. Une façon efficace de montrer à quel point la dépendanceàl’alcool peut être insidieuse.

PUB

Les différents visages de la dépendance à l’alcool

Addict’Aide, le Village des Addictions, portail grand public sur les addictions, a ouvert début août un faux compte Instragram mettant en scène la vie de Louise Delage. Au début, personne ne remarque l’insidieuse compagnie de la jeune fille, tellement elle est banale. Pourtant, à y regarder de plus près, on voit systématiquement sur chacune des photos de Louise Delage, un verre de vin, un cocktail, une bière, une bouteille… Cette belle fille branchée qui voyage beaucoup, boit tout simplement de l’alcool en toute occasion. Quel mal y a t-il ? Elle est addicte, c’est évident ! Mais qui des 50.000 likeurs et des 7.500 followers a remarqué sa dépendance à l’alcool ? C’est ce que dénonce cette campagne coordonnée et réalisée par le Fonds Actions.

PUB
PUB

Nous connaissons tous une Louise, addicte à l’alcool

Nous avons tous en tête cette image de l’alcoolisme « massif » : un homme ou une femme qui titube et raconte des choses incompréhensibles. Mais l’addiction à l’alcool peut débuter de façon très insidieuse, avec de petites doses tous les jours, comme Louise Delage.

Finalement, à bien y réfléchir, nous avons tous dans notre entourage une personne qui a très souvent un verre à la main, qui ne refuse jamais une boissonalcoolisée et profite de chaque occasion, voire abuse. C’est l’alcoolisme ordinaire ! Une façon de consommer de l’alcool socialement acceptée qui passe quasiment inaperçue. Or pas la peine d’alcoolisation massive pour avoir une dépendance à l’alcool ni pour mettre sa santé en danger (cancers, maladies cardiovasculaires, accidents, suicides…). Le plus difficile est peut-être de reconnaitre que l’on a un problème avec l’alcool. Ensuite, en cas de consommation à risque, il faut se faire aider.

Faites le test e-sante : Quelles sont vos relations avec l'alcool ?

A visualiser : La vidéo de la campagne Addict’Aide

Pour se faire aider : Alcool info service.

Publié le 23 Septembre 2016 | Mis à jour le 23 Septembre 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Addict’Aide, www.addictaide.fr
PUB
PUB

Contenus sponsorisés