L’homéopathie et les femmes
Sommaire

Autre temps fort de la vie d’une femme adulte : la grossesse

Aujourd’hui, les sages-femmes sont de plus en plus formées à l’homéopathie car c’est bien à ce moment-là qu’elle présente son plus grand intérêt. 78 % d’entre elles l’utilisent régulièrement .
La période de la grossesse exigeant la plus grande prudence, l’utilisation de l’homéopathie trouve alors tout son sens. Les principaux maux physiologiques et normaux de la grossesse peuvent ainsi être pris en charge : la constipation, les hémorroïdes, les nausées, les jambes lourdes, l’acidité gastrique, les douleurs ligamentaires, les peaux acnéiques ou les crises d’anxiété. Quant à l’accouchement, il peut être facilité. "A ce stade, l’homéopathie est utilisée pour favoriser les contractions et diminuer le temps de travail. Après l’accouchement, des médicaments homéopathiques visent à atténuer les douleurs lombaires persistantes dues à la péridurale, à favoriser la cicatrisation post-césarienne ou post-épisiotomie, à calmer des saignements, à traiter un baby blues ou à stimuler la montée de lait." Avec l’homéopathie on peut ainsi se soigner tout en allaitant bébé.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :