Les femmes qui retournent travailler suite à une grossesse ont moins de chance d'avoir Alzheimer

Publié le 19 Juillet 2019 à 11h46 par Louise Ballongue, journaliste santé
D’après des chercheurs américains, les femmes qui retournent au travail après une grossesse auraient moins de chance de développer des troubles de la mémoire, contrairement aux mères au foyer.
© Istock

Travailler après sa grossesse pourrait avoir un impact important sur la mémoire. C’est en tout cas ce qu’ont démontré des chercheurs de l'université de Californie, à Los Angeles. Selon eux, les femmes qui travaillent seraient davantage “stimulées mentalement”.

Les femmes qui restent à la maison voient leur mémoire décliner de 61%

L’étude menée par les chercheurs américains suggère que les mères qui associent travail et vie de famille ont plus de chances de rester en bonne santé.

Plus de 6 000 femmes ont participé à l’étude. Selon les experts, celles qui restaient à la maison voient leur mémoire se détériorer 61% fois plus vite que leurs camarades qui travaillaient.

Elizabeth Rose Mayeda, professeure assistante d'épidémiologie et dirigeante de l’étude, le confirme : "Bien que préliminaires, nos recherches prouvent que rester actif prévient le déclin de la mémoire chez les femmes aux États-Unis."

Concrètement, travailler aurait donc un impact à court et long terme sur votre mémoire.

Par ailleurs, des recherches antérieures suggèrent que les troubles tels que la maladie d'Alzheimer, susceptibles de nuire à la mémoire, pourraient être plus courants chez les personnes pauvres et isolées socialement, soit davantage les femmes au foyer.

La perte de mémoire, un symptôme précoce de la maladie d’Alzheimer

Les troubles de la mémoire constituent les premiers signes de la maladie d'Alzheimer. Cette pathologie neurodégénérative occasionne la mort de certains neurones dans des zones cérébrales.

Comment s’en rendre compte ?

Des trous de mémoire répétés et inhabituels doivent vous alerter.

Ils résultent d'une dégénérescence des neurones cérébraux qui entraîne, à terme, la perte de nombreuses facultés cognitives et mentales. C’est dans l’hippocampe que cette "mort neuronale" débuterait.

Ces troubles de mémoire altèrent progressivement la mémoire épisodique et la mémoire de travail.

La première, sert à mémoriser des événements personnels tandis que la seconde intervient pour retenir des informations à court terme.

Puis, la mémoire des souvenirs s'efface également. Seuls les souvenirs de la petite enfance subsistent parfois.

Si les causes réelles de la maladie d'Alzheimer ne sont pas totalement identifiées, il semblerait néanmoins qu'elle résulte de la combinaison de plusieurs facteurs : l'âge avancé, l'hérédité, certaines pathologies…

Une fois le diagnostic de la maladie d'Alzheimer précoce est avéré, le patient va bénéficier d'une prise en charge particulière et peut, dans certains cas, être orienté vers une unité spécialisée.

La plupart du temps, il s'agit d'inhibiteurs de l'acétylcholinestérase.

Ces molécules permettent de ralentir la dégénérescence neuronale et de ralentir l'évolution de la pathologie.

Chez les patients jeunes, il est impératif, voire recommandé, de préserver une vie sociale et professionnelle le plus longtemps possible. Pour cela, des aménagements législatifs existent.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : "Returning to work after having a baby could help mothers beat memory loss and keep memory sharp in old age", Daily Mail, 17 juillet 2019.