La pyélonéphrite : définition, symptômes et complications
Publié le 25 Janvier 2019 à 19h00 par Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste

Qu'est-ce que la pyélonéphrite ?

La pyélonéphrite est une infection de l’un ou des deux reins, ainsi que des cavités pyéliques. Elle est plus fréquente chez la femme, car l’urètre est très court, ce qui permet aux bactéries de migrer plus rapidement dans le tractus urinaire. Elle est plus souvent unilatérale mais peut toucher les deux côtés. Elle est d’origine bactérienne. Elle peut provoquer un abcès au niveau d’un rein. La plupart du temps, elle fait suite à une infection urinaire passée inaperçue, qui n’a pas été traitée ou trop tard. Les bactéries présentes dans les urines contaminent alors le tractus urinaire et se rendent jusqu’aux reins et les infectent.

Certaines infections urinaires ne sont pas diagnostiquées ou évoluent rapidement et se compliquent de pyélonéphrites. On peut aussi observer la survenue d’une pyélonéphrite suite à un traitement antibiotique pour une infection urinaire. D’autre part, dans le cas des infections urinaires récidivantes, certaines bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques et l’évolution peut rapidement aller vers la pyélonéphrite.

Quels sont les symptômes de la pyélonéphrite ?

La pyélonéphrite provoque de nombreux symptômes évocateurs du diagnostic. Une douleur dans la fosse lombaire, c’est-à-dire d’un côté du dos, accompagnée d’une forte fièvre pouvant dépasser les 40°C doit immédiatement faire évoquer le diagnostic de pyélonéphrite. Des sueurs et des frissons sont fréquents. Une grande fatigue accompagne généralement ces symptômes.

Les signes d’infection urinaire ne sont pas forcément présents mais s’ils existent, ils sont très évocateurs. Il s’agit de brûlures mictionnelles et d’envies fréquentes d’uriner. La présence de sang dans les urines n’est pas rare, mais ne constitue pas forcément un signe de gravité. Des vomissements et des troubles digestifs peuvent avoir lieu.

Comment prendre en charge une pyélonéphrite ?

La prise en charge de la pyélonéphrite est une urgence médicale. L’hospitalisation n’est pas forcément nécessaire mais préférable dans certains cas, lorsque l’état général est altéré ou la fièvre très élevée.

Un prélèvement des urines doit être réalisé, dans un premier temps, pour identifier la bactérie en cause et confirmer le diagnostic. Les résultats de l’antibiogramme permettront de bien adapter le traitement antibiotique. Une échographie rénale est nécessaire pour visualiser l’éventuelle présence d’abcès au niveau des reins. Enfin, un bilan biologique permet de se faire une idée sut la sévérité de l’infection en montrant une élévation de la C réactive protéine, de la vitesse de sédimentation et des globules blancs.

Une fois les examens réalisés, une antibiothérapie empirique sera mise en route dans un premier temps puis adaptée à l’antibiogramme. Il peut être parfois nécessaire d’administrer les antibiotiques par voie intra-veineuse. L’amélioration peut être rapidement obtenue lorsque l’antibiothérapie est adaptée mais la fatigue peut persister plusieurs semaines. Les antibiotiques doivent être poursuivis pendant une durée d’au moins 10 à 15 jours. Un examen cyto-bactériologique des urines, de contrôle, est nécessaire 48 heures après l’arrêt des antibiotiques.

Une bonne hygiène de vie est nécessaire pour éviter les récidives, avec notamment une hydratation quotidienne suffisante (1,5 à 2 litres par jour).

Quelles sont les complications de la pyélonéphrite ?

Lorsqu’elle n’est pas rapidement traitée ou que l’antibiothérapie n’est pas adaptée, la pyélonéphrite peut provoquer des complications graves. La répétition de pyélonéphrites peut également entrainer des défaillances rénales. La complication aigue la plus grave est le choc septique. Il s’agit de la diffusion des bactéries vers l’ensemble du corps, via la circulation sanguine et cela provoque une défaillance multi-viscérale qui peut rapidement provoquer le décès. Les pyélonéphrites à répétition endommagent les reins et, au bout d’un certain temps, on peut observer une insuffisance rénale chronique.

Lorsqu’elle apparait chez l’enfant, la pyélonéphrite doit faire pratiquer un bilan rénal et urinaire complet, à la recherche d’une malformation.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.