J’ose l'hypnose et même l’auto-hypnose

Loin du spectacle de music-hall, l'hypnose est une piste de développement personnel expérimentée et semble n’offrir que des avantages entre les mains de bons professionnels.

Le point sur l’hypnose.

PUB

L'hypnose : un passé chaotique

Chargée de préjugés, révélant des passions ou des détestations, vue par certains comme un mouvement sectaire ou sous la plume de Freud en 1917 comme « un travail de manœuvre n’ayant rien de scientifique, rappelant plutôt la magie, l’exorcisme, la prestidigitation », l’hypnose a eu ses heures de gloires, ses périodes d’abandon, celles des condamnations. Elle revient aujourd’hui en force.

Condamnée de longues années, l’hypnose reprend du galon au 19e siècle avec les travaux de Charcot sur l’hystérie à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris et ceux d’Hyppolyte Bernheim à Nancy. Puis c’est de nouveau la disgrâce, jusqu’en 1960.

Les travaux du psychiatre et psychologue américain Milton H. Erickson qui pratique l’auto-hypnose, vont révolutionner l’hypnose.

Erickson propose au patient d’utiliser l’état hypnotique pour accéder à ses ressources intérieures alors que les méthodes anciennes étaient basées sur l’hypnose directive. Léon Chertok*, psychiatre et spécialiste de la médecine psychosomatique, hypnotisé par Erickson contribuera à l’évolution de l’hypnose tout comme François Roustang, philosophe, thérapeute et hypnothérapeute.

C’est quoi l’hypnose exactement ?

L’état hypnotique est un état de conscience modifiée.

« C’est un état d’élargissement de la conscience, une technique d’accompagnement pour travailler sur les émotions, souligne Kevin Finel**. Les mécanismes cérébraux sont délicats, la plupart du temps on ne sait pas agir dessus. »

« Notre cerveau fonctionne à différents niveaux : le niveau conscient, qui génère surtout nos pensées analytiques et objectives, est situé dans notre cortex et l’hémisphère gauche, et le niveau inconscient qui est situé dans l’hémisphère droit et dans notre cerveau limbique explique Michèle Freud***. Sur le mode conscient, nous ne contrôlons pas cette dernière partie de notre cerveau. »

PUB
PUB

On connaît tous l’état hypnotiqueAu quotidien, nous avons l’expérience de situations où nous agissons de manière automatique : nous conduisons sans avoir conscience de tous nos gestes.« L’état hypnotique est identique à cet état de semi-conscience. En hypnose, cet état est encore amplifié et provoqué délibérément afin d’atteindre un objectif comme perdre du poids, par exemple », précise Michèle Freud. Un état naturel, sans artifice auquel tout le monde a accès à chaque fois qu’on est dans un état de rêverie par exemple ou que notre attention est absorbée (par une personne, une musique, un discours…) oubliant la notion de temps.Dormez je vous l’ordonne !On dépasse les mythes et non, on n’endort pas tout le monde !« L’hypnose moderne a pour objet d’amener une personne à comprendre comment fonctionne la partie la plus inconsciente d’elle même avec ses ressources et ses possibilités. »Le travail du thérapeute va être d’accompagner le patient dans sa démarche de rééducation à partir de ses propres ressources selon qu’il s’agit d’en finir avec des addictions ou de l’aider à modifier son comportement en vue d’une amélioration durable de son bien-être quotidien. Ceci se fera à partir d’un échange avec le praticien qui devra comprendre les modalités du patient afin de le conduire à créer de nouvelles stratégies pour remplacer les anciennes. Sous hypnose, le sujet va intégrer des suggestions positives auxquelles « il va se conformer d’une manière post-hypnotique si elles sont en accord avec son désir profond », souligne Michèle Freud.Comment se déroule l'hypnose ?Que traiter par l’hypnose ?la douleur,les dépendances au tabac,l’alcool et autres addictions,les problèmes de poids,les problèmes sexuels,l’estime de soi,la confiance en soi,les phobies telles que la peur de l’avion ou des araignées…« Outre l’installation de ressources dont le patient a besoin, elle peut permettre dans certaines circonstances, d’aller à la recherche de souvenirs enfouis », ajoute Michèle Freud. La différence entre la psy et l’hypnose, la psychanalyse va partir du conscient vers l’inconscient alors que l’hypnose va partir de l’inconscient.Comment se déroule une séance d'hypnose ?La séance se déroule en trois étapes :La première consiste en un dialogue avec le praticien en hypnose qui va essayer de comprendre les attentes et le fonctionnement du patient.La seconde étape est la mise sous hypnose de la personne, son imaginaire est alors très actif, elle pense différemment. Un état modifié de la conscience (qui s’apparente à l’état d’une personne ayant bu deux verres de vin), sans perdre conscience.La troisième étape est la phase de travail : quelle est la recherche inconsciente du patient quand il grignote par exemple. C’est à ce moment que l’on va élaborer de nouvelles stratégies et l’aider à se libérer de sa contrainte par des suggestions spécifiques.La durée, nombre de séances, prix et effet ressenti ?Selon Kevin Finel, « la durée d’une séance sera d’une heure environ et ne devra pas être interrompue. Un moment de véritable détente et de lâcher-prise où se libèrent des émotions fortes et dont on ressort comme sur un petit nuage. C’est avant tout ressourçant ! Il est difficile de présager du nombre de séances nécessaires sans connaître la personne. Pour un travail sur l’identité, on pourra aller de 2 à 10 séances. On va travailler sur les strates de vie qui se sont accumulées. Un travail proche du courant comportementaliste. »Le prix d’une séance peut varier entre 60 et 80 €.Comment choisir son praticien ?Il n’existe pas de règlement en matière d’hypnose même si l’hypnose a fait son entrée à l’université et qu’une quinzaine de diplômes universitaires existent déjà. Il s’agit d’un rapport humain sur lequel le résultat repose à 90 %, le patient doit se sentir bien et en confiance avec le praticien.Ce dernier doit montrer qu’il est diplômé d’une école ou d’une université et se soumet à une déontologie de respect et de bienveillance, il doit expliquer qu’il n’a aucun pouvoir sur son patient qui conserve toujours son libre arbitre, ses suggestions doivent être claires, sans équivoque, aisément comprises par le patient. Le patient ne doit pas se sentir obligé, forcé ou mis dans des situations qu’il ne souhaite pas. Le bouche à oreilles est une bonne façon de se faire une idée avant de passer la porte.L’hypnose contre la douleurL’hypnose est de plus en plus présente dans les hôpitaux et maternités en anesthésie notamment dans les opérations des carotides, pour lutter contre les douleurs aiguës ou chroniques (migraines, lombalgies, douleurs cancéreuses etc.).Les consultations en milieu hospitalier sont très demandées tant et si bien qu’il faut parfois plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous. On va l’utiliser chez l’enfant, comme à l'hôpital Robert-Debré où le docteur Chantal Wood a démocratisé l’hypnose.L’enfant est très réceptif. « On va l’amener à se défocaliser de la douleur par des images et attirer son attention sur autre chose, explique Mohamed Aidi ex-infirmier du Smur, hypnothérapeute spécialisé dans la douleur.Chez l’adulteCe sont les métaphores que l’on va employer avec des questions pour bien comprendre le type de douleur et de mots à employer "À quoi ressemble votre douleur ?", "C’est plutôt une boule ?" l’idée est de défocaliser en amenant, par exemple, le patient en souffrance à se concentrer sur les parties où il n’a pas mal. »C’est le printemps ! Comment mincir avec l’hypnose ?Les réponses de Michèle FreudQu’apporte l’hypnose dans une démarche d’amincissement ?L’hypnose diminue les inhibitions et le raisonnement du sujet, en augmentant sa suggestibilité et tente ainsi d'agir sur la dépendance psychologique et d'y substituer d'autres comportements. Il peut ainsi proposer de manger uniquement des aliments qui sont bons et sains pour sa santé, faire ses courses dans un tout autre état d’esprit, dire stop aux aliments qui sont néfastes pour sa santé, prendre l’habitude de faire du sport, en bref, toutes sortes de suggestions lui permettant de perdre du poids…Est-ce que tout le monde peut y avoir recours pour mincir ?Boulimie, grignotage, surpoids sont les principales indications de l’utilisation de l’hypnose en la matièreQuels sont les avantages ?Les résultats sont assez rapides.Quels sont les points faibles ?Le patient doit absolument coopérer et continuer à pratiquer chez lui,en auto-hypnose. S’il n’a pas cette discipline, les résultats sont plus lents et il risque de se décourager.Quels sont les risques ?

Il s’agit de prendre en considération la structure psychopathologique du patient pour accéder ou non à la demande. Il existe des risques iatrogènes aussi : manque de formation du praticien, attente démesurée du patient par rapport à la méthode « pensée magique ».

Je surfe sur…

  • Institut Français d’Hypnose Ericksonienne : www.hypnose-ericksonienne.com
  • Arche : www.arche-hypnose.com
Publié le 31 Mars 2014 | Mis à jour le 03 Avril 2014
Auteur(s) : Côté Santé
Source : "J’ose l'hypnose et même l’auto-hypnose", un article du Magazine n°84 de Côté Santé - mars 2014
La rédaction vous recommande sur Amazon :