J’ai une crise migraineuse chaque mois

© getty

L’un des principaux facteurs déclenchants de migraine est la variation des hormones féminines, à toutes les étapes de la vie génitale, puberté, contraception hormonale, grossesse, etc.

Publicité

J’aimerais bien être un homme parfois, ce qui m’éviterait règles et migraine, ou plutôt migraine et règles, dans cet ordre ! Autant dire que ces jours-là, je me sens particulièrement misérable…La migraine touche trois femmes pour un homme et les migraines cataméniales (survenant aux alentours des règles), les femmes exclusivement bien sûr !

Une vraie crise de migraine

L’interrogatoire suffit habituellement pour faire le diagnostic tant les signes sont caractéristiques. On évoque l’existence d’une migraine après cinq crises en un an ou en dix, peu importe, d’une durée de 4 à 72 heures en l’absence de médicament. Crises présentant au moins deux des quatre caractéristiques suivantes : unilatérales, pulsatiles, d’intensité modérée à sévère, aggravées par l’activité physique. Les crises s’accompagnent de nausées et/ou vomissements, de phonophobie et de photophobie (on ne supporte pas le bruit et/ou la lumière).

Publicité
Publicité

Dernière particularité, des migraines cataméniales uniquement, les céphalées débutent deux jours avant et jusqu’au deuxième jour des règles.

Influence des hormones sur la migraine

On en sait peu sur les déterminants de la crise migraineuse, résultant d’interactions complexes entre le neurone et le vaisseau… Une certitude, des récepteurs aux estrogènes ont été identifiés sur les artères cérébrales. Et l’on constate que les fluctuations des taux d’estrogène, à la baisse surtout, déclenchent les crises, celles-ci survenant peu après (3 à 4 ans) la puberté et s’éteignant à la ménopause, sauf si elle est retardée par un traitement hormonal substitutif.

Attention, une migraine surgie de nulle part à 50 ans n'est pas cataméniale, jusqu’à preuve du contraire, elle doit donc faire l’objet d’une consultation.

Lors de la grossesse, quand les femmes sont littéralement inondées d’estrogènes, les crises se raréfient.

 
Publié par Dr Brigitte Blond le Vendredi 02 Décembre 2011 : 10h03
Mis à jour le Lundi 04 Mars 2013 : 13h43
Source : Cet article est extrait du magazine de notre partenaire BIEN-ÊTRE & SANTÉ du mois de Décembre 2011/Janvier 2012.