IVG : le délai de réflexion est supprimé

La député PS Catherine Coutelle propose de supprimer le délai de réflexion, dénoncé comme « infantilisant et stigmatisant », jusque-là imposé aux femmes souhaitant recourir à une IVG (interruption volontaire de grossesse).
© Istock

IVG : suppression des 7 jours de réflexion

À toute femme voulant faire une IVG, un délai de réflexion lui est actuellement imposé. En effet la loi prévoit deux consultations médicales obligatoires avant une IVG, espacée de 7 jours pour exercer un éventuel droit de rétraction. Ce délai peut cependant être réduit à 48 heures en cas d’urgence, c’est-à-dire lorsque le délai légal de 12 semaines de grossesse est très proche.

Jugé « infantilisant et stigmatisant », ce délai de réflexion a été purement et simplement supprimé par un amendement en commission du 18-19 mars.

La clause de conscience perdure

Un deuxième amendement au projet de loi Santé déposé par la député PS a quant à lui été refusé, davantage pour ne pas ranimer de tensions que par conviction. Il s’agit de la suppression de la clause de conscience qui permet aux médecins de refuser de pratiquer une IVG.

Pour en savoir plus sur l’IVG

Où s’informer, où aller et qui contacter ? Quels sont vos droits ? Quelles démarches entreprendre ? Le gouvernement a dédié un site internet pour répondre à toutes ces questions pratiques : http://www.sante.gouv.fr/ivg.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : France info, 19 mars 2015.