INTERVIEW : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sein...
Sommaire

e-sante : Quels sont les grands progrès à attendre pour demain, tant en terme de surveillance que de prise en charge ?

Pr Marc Espié : au niveau du traitement il est probable que nous pourrons prochainement adapter les traitements pour chaque patiente en fonction des facteurs pronostiques de leur tumeur. Nous devrions arriver à passer du "prêt à porter au sur mesure". De nouveaux traitements se développent pour lutter contre des facteurs de croissance que sécrètent les cellules tumorales etqui ainsi s'auto-alimentent. Il en est de même pour les traitements qui luttent contre la vascularisation se développant au sein des tumeurs. Plus de vascularisation signifie plus d'"aliments" arrivant aux cellules tumorales.

e-sante : Que dire enfin à celles qui suivent un traitement hormonal substitutif et qui ont pu être inquiétées par différentes actualités médicales récentes ?

Pr Marc Espié : Une étude américaine récente a mis en évidence un petit excès de risque de cancer du sein chez les femmes qui prennent un traitement hormonal substitutif de la ménopause. Cet excès est très modéré mais réel. Cependant, il traduit très certainement le fait que le traitement hormonal peut accélérer la croissance de certaines tumeurs qui existaient déjà auparavant. Le traitement hormonal ne les crée certainement pas. Il faut donc, au cas par cas, peser les avantages et les inconvénients de ce traitement pour chaque femme. Il faut noter par ailleurs que les médicaments utilisés dans cette étude américaine ne correspondent pas à ceux prescrits en France, ces derniers étant plus proches des hormones naturelles.*L'entrée est libre et nous sommes toutes les bienvenues pour venir poser nos questions au Cercle républicain (5, avenue de l'Opéra - 75001 Paris. Métro Pyramide ou Palais Royal).

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :