L'Inserm se penche sur les rapports entre environnement et cancer

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) publie les résultats d'une revue de littérature sur les liens possibles entre l'environnement et le développement de certains cancers. Sans donner de réponses définitives sur un sujet aussi complexe, l'étude apporte toutefois un certain nombre d'enseignements.
Publicité

Très forte progression du cancer en 25 ans, mais mortalité en baisse

A l'origine de l'étude figure un constat : en 25 ans, le taux d'incidence des cancers a progressé en France de 35% chez les hommes et de 43% chez les femmes, pour atteindre environ 320.000 nouveaux cas en 2005 (180.000 chez les hommes et 140.000 chez les femmes). Cette évolution s'est toutefois accompagnée, au cours de la même période, d'une baisse continue de la mortalité imputable aux cancers, grâce notamment aux progrès du dépistage et des traitements. Cette baisse de la mortalité s'est même accélérée au cours des cinq dernières années.

L'étude de l'Inserm sur la question a été commandée par l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset). Cette revue de la littérature scientifique sur le sujet s'appuie sur une base documentaire de près de 1.800 articles disponibles au premier semestre 2007. Menée par deux groupes de chercheurs ayant des compétences dans les domaines de l'épidémiologie, de la toxicologie, de la clinique, de la médecine du travail et de la quantification des risques, elle porte sur neuf types de cancers : les cancers du poumon, les mésothéliomes, les hémopathies malignes, les tumeurs cérébrales, les cancers du sein, de l'ovaire, du testicule, de la prostate et de la thyroïde. Ces localisations correspondent à des cancers dont l'incidence a augmenté au cours des vingt dernières années et pour lesquels un lien avec des facteurs environnementaux peut être soupçonné.

Publicité
Publicité

Chacun des neuf cancers étudiés fait l'objet d'une analyse détaillée qui s'efforce, à partir de la littérature scientifique disponible, de répondre à une série de questions : quelles sont les données d'incidence et leurs évolutions en France (selon les régions) et dans d'autres pays ? Quels sont les facteurs de risque environnementaux en milieu professionnel ou général identifiés, reconnus comme cancérogènes ou encore débattus ? Quelles sont les données épidémiologiques disponibles sur ces facteurs ?... D'autres questions sont abordées de façon transversale, comme celles des principaux mécanismes de toxicité, du mode d'action de certains polluants ou des différents moyens de quantifier l'exposition aux agents environnementaux.

A partir de l'analyse de ces différentes questions, l'étude indique les meilleures sources d'informations sur les expositions et leurs tendances évolutives au cours des dernières décennies. Il en ressort notamment que le lien entre cancers et facteurs environnementaux doit encore faire l'objet d'études approfondies. L'étude formule enfin, pour chacun des cancers étudiés, un certain nombre de recommandations.

Publié par Hopital.fr le Lundi 12 Janvier 2009 : 01h00
Source : hopital.fr