Il fait une descente d’organes après être resté trop longtemps aux toilettes

© Istock

Rester trop longtemps aux cabinets peut avoir des effets surprenants. Un Chinois a ainsi fait une descente d'organes prononcée parce qu'il jouait tout en allant aux toilettes.

PUB

La mésaventure pourrait passer pour une plaisanterie graveleuse. Et pourtant, en jouant sur son téléphone portable, un Chinois de la province du Guangdong a souffert d'une complication inattendue. Il a souffert d'une descende d'organes si marquée qu'il a dû se présenter aux urgences.

D'après les informations du média Kan Kan News, relayé par le Daily Mail, une masse d'environ 16 cm sortait de l'anus de l'homme lorsqu'il est arrivé à l'hôpital. Cette bosse anormale, il l'a repérée après 30 minutes passées sur les toilettes.

Selon ses médecins, le patient souffrait de prolapsus rectal depuis ses 4 ans. Rien d'étonnant à cela : ce type de trouble touche principalement les personnes âgées et les jeunes enfants. Mais ce n'est qu'après avoir prolongé son séjour aux latrines que le trouble s'est réellement révélé. Jusqu'ici, cette partie de l'intestin descendait dans l'anus avant de remonter spontanément.

PUB
PUB

© Autre© Autre

La chirurgie a été nécessaire

Le fait que l'organe "sorte" par l'anus marque, en effet, un stade avancé de la maladie. Avant cela, des symptômes peuvent trahir un prolapsus : un inconfort en allant à la selle, une constipation anormale, ou encore du sang dans les excréments. Des douleurs dans le bas ventre et le bassin peuvent aussi survenir.

Ces signes sont dus au fait que le rectum se retourne, un peu comme une chaussette retirée rapidement. Sans traitement, la descente d'organes s'accentue, jusqu'à une sortie par l'anus. "S'il n'avait pas été pris en charge, la situation aurait pu être bien plus grave", reconnaît le Dr Su Dan sur Kan Kan News.

Le malheureux a pu bénéficier d'une chirurgie qui a permis de remonter la partie du rectum concernée. Deux techniques sont utilisées pour cela : un plissement artificiel de la paroi ou la pose d'une prothèse.

Dans les cas les plus graves, la zone touchée par le prolapsus peut être retirée, ce qui augmente fortement le risque d'incontinence fécale. Une issue peu souhaitable, à laquelle a échappé ce malchanceux.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Lundi 12 Février 2018 : 13h00
PUB
PUB

Contenus sponsorisés