Il fait craquer son cou et déclenche son AVC

Publié le 07 Mai 2019 par Mathilde Polivka, journaliste santé
Josh Hader, 28 ans, s'est fait craquer le cou pour se soulager de douleurs. Mais ce geste anodin a entraîné la lésion d'une des ses artères cérébrales et déclenché chez cet américain, père de famille, un AVC.
PUB
© Istock

Josh Hader, un américain âgé de 28 ans vivant à Oklahoma aux Etats-Unis, avait mal au cou. Il s'est donc fait craquer lescervicales. Un geste anodin qui a failli lui coûter la vie... En effet, il a immédiatement senti que toute la moitié gauche de son corps commencait à s’engourdir. Voulant prendre de la glace au congélateur pour soulager sa douleur, il s'est rendu compte qu’il lui était impossible de marcher droit jusqu’à sa cuisine, comme il l'a expliqué sur la chaîne de télévision KOCO-TV. L'homme avoue cependant y être allé un peu trop fort : "J'ai appuyé avec ma main pour mettre un peu plus de pression, mais je n'aurais probablement pas dû. J'ai entendu un bruit bizarre. Un pop". Son beau-père l'a amené en urgence à l’hôpital.

PUB

Vision double, faiblesse et engourdissements…

Arrivé aux urgences, Josh Hader a été directement pris en charge par le médecin Vance McCollom. Il s'est plaint de faiblesse, d’engourdissements et d’une vision double. La raison ? En faisant craquer son cou, Josh a accidentellement lésé une de ses artères vertébrales, un traumatisme circulatoire qui peut être sévère voir mortel. Le docteur Vance McCollom explique à KOCO-TV : "Lorsqu’il a fait craquer son cou, il a déchiré des artères qui vont jusqu’aux os du cou, à l’endroit où le cou rejoint le crâne, à la base du cerveau. La façon dont il a "ordu son cou a provoqué une dissection des artères", précise le spécialiste. Cette blessure a entraîné la formation d’un caillot de sang et bloqué la circulation sanguine, provoquant alors un Accident Vasculaire Cérébrale (AVC) ischémique. Le docteur souligne : "son AVC aurait pu être fatal."

PUB

Des séquelles persistantes

Trois semaines après l’accident qui a eu lieu le 14 mars 2019, le père de famille peut à nouveau marcher et se déplacer sans canne, ni déambulateur. Il a notamment retrouvé sa vue. Cependant, Josh Hader conserve des séquelles de l’AVC : "Je me fatigue beaucoup plus vite qu’avant. […] Mon équilibre est encore perturbé. […] Le côté gauche de mon corps fourmille un peu et paraît plus lourd qu’auparavant et mon côté droit ne ressent plus de vive douleur ou de sensation de froid ou de chaud."

Comment éviter ce genre d’accident ?

Josh Hader n’est pas le premier cas d’AVC à la suite d’un geste aussi anodin que se craquer la nuque. D’autres cas similaires connus ont été révélés au Royaume-Uni. D’après le docteur Vance McCollom, l’hôpital où a été soigné le père de famille a déjà pris en charge d’autres patients pour les mêmes raisons après une séance chez le chiropracteur.

Afin d’éviter ce genre d’accident qui peut être fatal, le médecin conseille : "Pour vous étirer le cou, "faites-le juste craquer d’un côté à l’autre" mais ne le tordez surtout pas si vous ne voulez pas vous retrouver aux urgences."

 

Source : Un homme subit un AVC en se faisant craquer le cou, FranceInfo, 06 mai 2019 

PUB

A lire aussi

AIT : quels sont les symptômes ?

Les bilingues récupèrent mieux après un accident vasculaire cérébral

Accident cardiaque ou cérébral : savez-vous reconnaître les signes d'alerte ?

AVC ischémique gauche : le risque de séquelles

Prendre son pouls : un geste simple contre l’accident vasculaire cérébral

Troubles de l'élocution et du langage

Plus d'articles