L'idéal minceur peut-il perturber le comportement alimentaire ?
Sommaire

e-sante : En quoi la pression " minceur " peut-elle être un facteur aggravant ?

Dr Dominique Boute : Essentiellement en aggravant le sentiment de frustration et de mésestime de soi. Les personnes ayant pris du poids sont souvent en situation de culpabilité d'avoir grossi, elles ne se sentent pas bien dans leur poids, dans leur corps... Elles ont une image négative d'elles-mêmes et cela retentit sur leur relation à l'entourage (peur de se montrer, peur du regard des autres....). Ensuite, la pression « minceur organisée » aggrave ce sentiment de frustration et de mise en échec en donnant l'impression que perdre du poids « c'est facile ». Le problème dans ce cas est que l'on ne prend pas réellement la « dimension de changement » de la perte de poids : on fait un truc pour maigrir.

e-sante : Le sentiment de frustration induit-il des perturbations du comportement alimentaire ?

Dr Dominique Boute : Complètement. Il y a un risque important de décompensation compulsive. On n'atteint pas son objectif ou pas assez vite ? Alors à quoi bon, autant craquer ! Cette situation accroît la prise de poids et renforce le sentiment d'échec permanent.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :