L’hypnose : une médecine complémentaire
Sommaire

L’hypnose est-elle officiellement reconnue ?

En 2003, la Haute Autorité de Santé a reconnu l’intérêt de l’hypnose dans le traitement de la migraine chez les enfants. Un rapport de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) sur l’évaluation de cette pratique, publié en juin 2015, conclut à son efficacité thérapeutique lors d’une anesthésie, dans la prise en charge du syndrome du côlon irritable et du stress post-traumatique. Elle diminue la consommation d’antalgiques et de sédatifs quand elle est utilisée pour extraire une dent de sagesse, pratiquer une IVG, une biopsie mammaire, poser un cathéter, ou pendant une opération sous anesthésie locale ou générale. Le rapport souligne que « les risques liés à l’hypnose sont très limités ».

Combien de séances faut-il ?

Tout dépend du patient et de son problème mais les résultats sont généralement rapides : « Une séance peut suffire sinon, en trois, quatre ou cinq fois, on voit ce qui se passe et on fait le point », précise le Dr Jean-Marc Benhaiem. L’hypnose ne fait pas de miracle : les échecs existent. « Il y a mille vécus différents et des patients que l’on n’arrive pas à sortir d’une difficulté ou d’une souffrance, soit qu’ils bloquent soit que le thérapeute n’arrive pas à trouver le bon chemin à prendre pour l’aider », admet le Dr Benhaiem. Une séance dure environ 45 mn.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Entretiens avec le Dr Jean-Marc Benhaiem, hypnothérapeute à l’Hôtel Dieu à Paris, et le Dr Dina Roberts, psychiatre à l’hôpital Esquirol à St Maurice. 
Rapport « Comment évaluer l’efficacité de l’hypnose ? », Inserm, juin 2015.
« Le grand livre de l’hypnose et de l’autohypnose », Jean-Jacques Garet (Leduc éd°).