L'hypertension fait perdre la tête

Avec l'âge, notre mémoire et nos capacités intellectuelles tendent naturellement à décliner. Il semblerait que l'hypertension artérielle accélère ce phénomène. C'est un excellent argument qui devrait inciter à prendre en charge plus sérieusement l'hypertension, laquelle touche près de 60% des plus de 60 ans…
Publicité

La prévalence de l'hypertension artérielle s'accroît avec l'âge, ce qui fait qu'au-delà de 60 ans, 60% de la population est porteuse d'une hypertension artérielle. Souvent considérée comme un tueur silencieux, elle reste largement sous traitée et de surcroît mal traitée. Près de 40% des hypertendus âgés continuent à présenter des chiffres tensionnels élevés, et ce, même si un traitement leur a été prescrit.Cette étude a porté sur une population d'anciens combattants ayant passé des tests neuropsychologiques, soit plus de 350 hommes âgés en moyenne de 67 ans et dénués de démence. Une hypertension a été définie par des chiffres dépassant 140/90mmHg. On constate ainsi que les sujets ayant une hypertension artérielle (HTA) mal contrôlée, ont de moins bons résultats à deux types de tests, par rapport aux personnes du même âge normotendues. La fluidité verbale (trouver des mots appartenant à une catégorie donnée) est réduite de 2,4 fois chez les hypertendus mal traités. Quant à la mémoire à court terme (rappel immédiat d'une liste de mots), le déficit est 1,3 fois plus important. Ainsi, les plus de 80 ans présentant une HTA mal prise en charge, trouvent 7 mots de moins dans une catégorie donnée et se souviennent en moyenne de 1,5 mot en moins après la lecture d'une liste. Ces résultats montrent qu'un nombre élevé de personnes âgées qui ont une HTA non normalisée vont souffrir d'un déclin accéléré de leurs fonctions intellectuelles.Ainsi, même si l'hypertension devient plus fréquente avec l'âge et plus difficile à traiter, il est essentiel de la prendre en charge sérieusement. Il faut la dépister (mesure de la tension artérielle à chaque consultation), instaurer un traitement efficace et un suivi régulier. Le patient doit respecter scrupuleusement la prescription du médecin (fréquence et doses des médicaments) et les conseils d'hygiène de vie. Et enfin, rappelons que l'HTA est un facteur de risque bien connu des démences

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 12 Décembre 2005 : 01h00
Source : Brady C.B. et coll., Neurpsychology, 19 (6) : 770-7, 2005.