Herpès : un spécialiste s’injecte un médicament non approuvé en direct

Aaron Traywick, un expert en thérapie génique, a eu la drôle d'idée de s'injecter un vaccin contre l'herpès. Celui-ci n'avait pas encore été testé et c'était un moyen de prouver la sécurité et l'efficacité du produit.

PUB

Comment prouver la sécurité et l'efficacité d'un vaccin si celui-ci n'a encore jamais été testé ? Le plus simple reste encore de se l'injecter dans la cuisse, à en croire Aaron Traywick, expert en thérapie génique et PDG d'Ascendance Biomedical. C'est ce qu'il a fait lorsd'une conférence sur les biomédecines, retransmiseen direct surles réseaux sociaux.

L'homme de 28 ans a encouragé les participants de la convention Body Hacking à Houston (Etats-Unis) à en faire de même. Le body hacking est une nouvelle tendance qui encourage les gens à s'implanter des gadgets électroniques afin d'améliorer ses capacités physiques ou intellectuelles. Des "X-Men" en quelque sorte.

PUB
PUB

Empêcher la propagation du virus

Le produit en question ici est un vaccin thérapeutique contre l'herpès. Pour cet expert en thérapie génique, ce traitement pourrait guérir les personnes souffrant déjà de cette maladie. Afin d'appuyer ses dires, le jeune homme a baissé son pantalon pour s'injecter le produit dansla cuisse.

Ce potentiel vaccin contre l'herpès a été mis au point à partir d'un article scientifique mettant en cause une protéine dans la propogation du virus de l'herpès : la"glycoprotéine D". Par conséquent, supprimer la protéine du virus empêcherait sa diffusion dans l'organisme.

Après cette étape, les chercheurs ont inséré un code dans un chromosome artificiel bactérien. Le but : que le virus injecté entraîne le corps à se défendre en produisant des anticorps contre l'herpès.

Le PDG dans son bon droit

Mais pour le moment, ce médicament a été testé uniquement sur des rongeurs. Aaron Traywhick est donc le premier cobaye humain de cette nouvelle phase de test.Il faut savoir qu'aux Etats-Unis, il n'existe aucun loi fédérale interdisant l'auto-administration desubstances.La communauté scientifique, de son côté, ne semble pas vouloir suivre le PDG de 28 ans dans ses méthodes peu orthodoxes.

Souffrant lui-même d'herpès, il a décidé d'être son propre cobaye afin de déjouer la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicaux), qui est très stricte vis-à-vis des essais cliniques sur l'homme. Aaron Traywick voulait pouvoir produire son vaccin au plus vite, et n'a donc pas tenu compte des règles imposées. Au détriment peut-être de sa propre santé mais également de celles des body hachers qui pourraient le suivre aveuglement.

L'expérience pourrait très vite mal tourner. Mais pour le moment, l'heure est à l'espérance pour toutes les personnes touchées par l'herpès. L'histoire ne nous dit pas encore si l'entrepreneur a eu raison de s'injecter le produit.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Mardi 06 Février 2018 : 12h26
Source : Herpès : un expert en thérapie génique s'injecte un vaccin en direct sur scène. Top Santé. 5 février 2018
A guy just injected himself with a DIY herpes treatment on stage at a body hacking conference. Gizmodo
PUB
PUB

Contenus sponsorisés