L'héroïne, rien que son nom fait peur

Publié le 17 Septembre 2001 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
L'héroïne, obtenue à partir de la morphine, fait partie des opiacés. Ces derniers sont des substances naturelles contenues dans le latex du pavot, lesquels interviennent également dans la fabrication de l'opium. Se présentant sous la forme d'une poudre, l'héroïne est injectée par voie intraveineuse après dilution et chauffage, mais peut également être sniffée et fumée. Ces effets sont particulièrement dangereux.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Les dangers de l'héroïne

L'effet immédiat est le « flash », suivi d'une sensation d'apaisement, d'euphorie et d'extase, mais également de somnolence et parfois de nausées, de vertiges et d'un ralentissement du rythme cardiaque.Lors d'une consommation répétée, le plaisir intense des premières prises tend rapidement à s'estomper, appelant ainsi à augmenter les doses et leurs fréquences. La place de cette drogue devient telle qu'elle modifie rapidement la vie quotidienne de l'usager. Certains troubles comme l'anorexie et l'insomnie apparaissent tandis que la dépendance s'installe. L'état de l'héroïnomane oscille alors entre des états d'euphorie et de manque. La marginalisation de l'usager fait partie des risques les plus importants, avec bien sûr l'overdose, provoquant une insuffisance respiratoire puis une perte de connaissance voire la mort, et le risque d'infection par les virus du sida et des hépatites (B et C) en raison des injections.

Les gestes d'urgence

En cas d'accident, si la personne est encore consciente, il faut la tenir éveillée en attendant les secours (Samu ou pompiers). En revanche, si elle est inconsciente, vous devez pratiquer les gestes de secourisme: position latérale et éventuellement réanimation cardio-pulmonaire.

Le sevrage

Un héroïnomane peut bénéficier d'un programme de sevrage, de suivi psychologique et de traitement de substitution. Ce dernier peut être prescrit dans des centres de soins spécialisés en toxicomanie ou par un médecin de ville. Les bilans portant sur les traitements de substitution montrent une amélioration notable de l'état de santé du patient, favorisant sa stabilisation sociale et son insertion professionnelle.