Grossesse tardive, longévité accrue 

Publié le 15 Décembre 2016 par Rédaction E-sante.fr
Selon une étude parue dans la revue internationale Menopause, l’âge maternel au moment de la dernière grossesse est lié à la longévité.
© Istock

En cas de grossesse tardive, les télomères sont plus longs

Cette étude a porté sur près de 400 femmes âgées de plus de 70 ans appartenant à la cohorte Long life family study. Elle confirme que mettre son enfant au monde après l’âge de 33 ans, double les chances de vivre jusqu’à 95 ans par rapport aux femmes ayant accouché avant 29 ans. Cette relation serait en rapport avec la longueur des télomères. Ces derniers constituent l’extrémité des chromosomes, dont la longueur diminue avec l’avancée en âge, notamment. Autrement dit, la longueur des télomères reflète l’âge biologique de la personne.

Ne pas encourager les grossesses tardives

Au cours de cette étude, les chercheurs constatent que les femmes ayant enfanté après l’âge de 33 ans présentent des télomères plus longs que celles ayant accouché avant 29 ans.

Attention toutefois, le résultat de cette étude ne doit pas encourager les femmes à concevoir tardivement, d’autant plus que de nombreux autres facteurs interviennent dans la longévité. Non seulement la fertilité diminue avec l’âge, les chances de conception baissant rapidement avant le passage de la trentaine, mais lorsque grossesse il y a, les risques de complications sont accus, nécessitant la mise en place d’un suivi plus rapproché.

Source : Fagan Erin, et coll., Telomere length is longer in women with late maternal age, The North American Menopause Society, décember 2016, Menopause, doi: 10.1097/GME.0000000000000795, http://journals.lww.com/menopausejournal