Grippe aviaire : informations sur la maladie

Maintenant que la grippe aviaire est en France, il est important de disposer d'informations concrètes sur cette maladie afin de s'assurer de la meilleure protection possible. E-santé vous propose un point complet des connaissances actuelles.
PUB

La grippe aviaire est chez nous

Un élevage de dindes décimées dans l'Ain, des cygnes et d'autres oiseaux morts un peu partout en Europe, la grippe aviaire est bien installée dans nos pays avec le retour des oiseaux migrateurs. Un chat en a même été atteint.Cela fait maintenant trois années que ce virus circule dans le monde, en commençant par l'Asie du Sud-Est, pour toucher maintenant l'Afrique et tout le continent Eurasien. Chez les volailles, le virus H5N1 entraîne une mortalité de plus de 70%. Les canards eux, potentiellement porteurs sains, sont des propagateurs du virus, au même titre que d'autres oiseaux très probablement. D'une manière générale, tout oiseau est potentiellement porteur dès lors que le virus de la grippe aviaire a été incubé pendant 3 à 7 jours. Une centaine de cas ont été diagnostiqués chez les hommes, avec des taux de mortalité de plus de 50%. Dans tous les cas, il s'agissait d'une contamination directe de l'animal malade à l'homme : aucun cas de contamination interhumaine n'a été rapporté à ce jour.

PUB
PUB

Ce qu'il faut faire dès maintenant

Dès maintenant, un certains nombre de règles simples doivent être appliquées. Elles sont toutes très logiques :- éviter tout contact avec des oiseaux morts ou vivants. Dans les villes, éviter de laisser les enfants jouer avec les pigeons et les oiseaux des étangs,-se laver les mains à l'eau et au savon avant de passer à table (bonne habitude à reprendre car elle limite bien des contagions),- bien cuire les volailles et les oeufs.La consommation de volaille et d'oeufs est sans risque dans le circuit actuel, vu le haut niveau de surveillance qui existe déjà. De toutes façons, soyons réalistes, on trouve des oeufs dans de très nombreux plats et desserts !

Publié le 06 Mars 2006
Auteur(s) : Dr Philippe Presles