Graisse abdominale : les 7 conseils du diabétologue pour la vaincre

L’accumulation de graisse abdominale, c’est-à-dire située à l’intérieur du ventre, est à prendre au sérieux. C’est une des anomalies du syndrome métabolique qui, à terme, peut favoriser l’apparition d’un diabète de type 2. Une maladie qui touche aujourd’hui 422 millions de personnes dans le monde, quatre fois plus qu’en 1980, et 8% de la population française. Pour l’éviter, voici les conseils du Dr Boris Hansel, diabétologue à l’hôpital Bichat à Paris.

Publicité

Excès de graisse abdominale : d’abord réfléchir à son mode de vie

« Trop de personnes pensent d’abord aux kilos et au tour de taille avant de se demander ce qu’elles sont capables d’améliorer dans leurs habitudes de vie. Je propose une démarche inverse qui a beaucoup plus de chances d’être efficace à long terme : penser à son mode de vie », écrit le Dr Hansel dans son blog. En changer passe par plusieurs étapes, à commencer par une évaluation de son niveau d’activité physique et de son alimentation. Et par se fixer des objectifs réalistes sur la durée.

Publicité
Publicité

Bouger de sa chaise à chaque occasion pour lutter contre l’obésité

La première règle est « de bouger en toute occasion ». Pour cause, la sédentarité est devenue un véritable fléau, pourvoyeur de surpoids et d’obésité abdominale. A la maison ou au travail, il faut limiter au maximum le temps passé assis devant les écrans et la télévision. Au bureau, il est conseillé de se lever de sa chaise et de bouger toutes les 30 minutes. « Dans une journée, il faut éviter de rester assis plus de 5 h au total, le corollaire est de marcher et d’être en mouvement dès que l’on peut », spécifie le Dr Boris Hansel.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mercredi 25 Mai 2016 : 11h58
Mis à jour le Lundi 15 Mai 2017 : 16h59
Source : Entretien avec le Dr Boris Hansel, diabétologue et endocrinologue à l'hôpital Bichat-Claude Bernard à Paris et responsable d’un programme de E-coaching, ANODE (Accompagnement nutritionnel de l’obésité et du diabète) dont les premiers résultats sont en cours d’évaluation. 
http://hupnvs.aphp.fr/nutritionbichat/