Glaucome : quels sont les signes ?

© Istock

Le glaucome est une maladie oculaire qui, en raison de l’absence de symptômes annonciateurs, doit être dépistée chez l’ophtalmologiste à partir de 45 ans, voire avant en cas de prédisposition familiale. Le point sur le dépistage du glaucome et son traitement.

Publicité

Glaucome : c’est quoi exactement ? Quels sont les signes évocateurs ?

Le glaucome est lié à une augmentation de la pression intraoculaire pouvant léser le nerf optique, réduire le champ visuel et diminuer l’acuité visuelle. On distingue le glaucomeaigü et le glaucome chronique.

Le premier, également appelé glaucome à angle fermé, est rare mais sa survenue est une urgence : l'œil devient soudainement rouge et dur, la vue devient floue avec des halos colorés autour des lumières. Il faut se rendre aux urgences ophtalmiques.

Publicité
Publicité

Le glaucomechronique (80% des cas de glaucomes) évolue inversement de façon lente et silencieuse, provoquant insidieusement des lésions irréversibles sans entraîner de symptômes particuliers : progressivement l'acuité de près et de loin est altérée, pouvant en l’absence de traitement mener à la cécité.

D’où le rôle essentiel du dépistage permettant de détecter précocement le glaucome chronique avant que celui-ci n’ait provoqué des lésions sévères.

Glaucome : quels examens de dépistage ? Quelles populations sont à risque ?

Le dépistage du glaucome repose sur une mesure de la pression intraoculaire, sur un fond d’œil (évaluation de l’état du nerf optique) et sur l’examen OCT (Tomographie en Cohérence Optique), évaluant l'épaisseur des fibres nerveuses optiques comme témoin de l’état d’avancement du glaucome.

Il est recommandé à tous de consulter un ophtalmologiste tous les deux ans à partir de 45 ans, voire avant en cas de risque accru deglaucome.

C’est le cas des personnes qui ont des antécédents familiaux de glaucome. À noter que les grands myopes sont également plus à risque, les populations africaines, en cas de problème vasculaire pouvant nuire à l'irrigation sanguine du nerf optique (hypo ou hypertendus, migraineux…), de traumatisme direct ou suite à une intervention chirurgicale.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 17 Février 2012 : 12h13
Mis à jour le Mercredi 23 Septembre 2015 : 16h13
Source : Société française d'ophtalmologie : www.sfo.asso.fr ; Institut du glaucome : www.institut-du-glaucome.fr ; Société française du glaucome : www.leglaucome.fr.