Gavés d’antidépresseurs grâce à Freud ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Novembre 2011 : 09h37
Mis à jour le Lundi 21 Novembre 2011 : 11h19

La théorie psychique freudienne étant la seule matière de psychologie enseignée dans le cours de philosophie de Terminale, les Français n’auraient aucune notion d’autres thérapies efficaces autre que la psychanalyse. Comme ils sont très peu nombreux à vouloir se lancer dans une si longue aventure, ils se rabattent sur les antidépresseurs. Quid des médecins et de leur formation ?

PUB

La psychanalyse

C’est une bien belle hypothèse que celle proposée par le Pr Alain Lieury dans le Cerveau & Psycho du mois de novembre 2011. Il observe une particularité française inexplicable : en philosophie, la seule matière de sciences humaines enseignée est la théorie Freudienne de l’inconscient. Du coup, la seule approche thérapeutique connue de l’ensemble des Français est la psychanalyse. Cela est inexplicable selon Alain Lieury pour trois raisons :

PUB
PUB
  • la première est que la psychanalyse ne représente aujourd’hui que 1,7% de l’ensemble des publications internationales en psychologie.
  • La deuxième est que dans les manuels nord américains, la psychanalyse ne représente que 1,3% (USA) et 1,4% (Canada) des contenus des manuels scolaires correspondants.
  • La troisième est que les manuels scolaires français d’après-guerre comportaient de nombreux sujets comme la perception, la mémoire, l’intelligence, la personnalité, ces sujets étant définitivement éliminés en 2003 pour ne garder que la seule psychanalyse.

Le divan ou l’antidépresseur

Il s’agit donc bien d’une particularité française qui a potentiellement de nombreuses conséquences. Cela permettrait de comprendre pourquoi la psychanalyse a encore autant d’importance en France et pourquoi les Français sont champions du monde en prise d’antidépresseurs. En effet, ignorant des nombreux progrès réalisés en psychologie clinique, leur choix semble se limiter à une alternative à deux versants : s’allonger sur le divan ou prendre des antidépresseurs. Pour des raisons de coûts, de durée, de praticité, ils préfèrent le plus souvent se faire prescrire des antidépresseurs.

À défaut de connaître les thérapies comportementales et cognitives, les thérapies de groupe, l’EMDR, etc., les Français pourraient se faire conseiller par leurs médecins pour davantage de variétés dans leurs approches thérapeutiques. Las, la particularité française touche également l’enseignement de la médecine qui en France laisse toujours une large part à la psychanalyse. Comme de l’autre côté les antidépresseurs sont intensément promus par l’industrie pharmaceutique, les thérapies alternatives ne sont que peu enseignées ou divulguées.

Cette théorie est bien intéressante. Reste à savoir pendant combien de temps nos chères têtes blondes vont continuer à apprendre en détail le moi, le ça et le surmoi tout en ignorant complètement les neurosciences et la psychologie moderne. Rappelons que Stephen Hawking, le célèbre astrophysicien prophétisait que « la philosophie est morte faute d’avoir réussi à suivre les développements de la science moderne. »

Source : Pr Alain Lieury. Cerveau & psycho N°48 nov-dec 2011.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Novembre 2011 : 09h37
Mis à jour le Lundi 21 Novembre 2011 : 11h19
PUB
PUB

Contenus sponsorisés