Ganglion dans le cou : quand faut-il craindre un cancer ?

La présence de ganglions dans le cou peut être révélatrice de plusieurs types de pathologies, qui peuvent être bénignes ou de nature cancéreuse. L'aspect des ganglions permet déjà d'orienter le diagnostic et le bilan.
© Istock

Quelles sont les principales causes des ganglions dans le cou ?

La cause la plus fréquente de l'augmentation de volume des ganglions du cou est infectieuse. En effet, toutes les infections ORL (angines, otites, sinusites, pharyngites) ou dentaires peuvent provoquer des adénopathies, qui constituent un mécanisme de défense naturelle contre l'infection. Le ganglion a alors un aspect mobile, souple et douloureux. Il disparaît en quelques jours. Parfois, le ganglion peut être le signe d'un cancer avoisinant ou lymphatique. Il est alors dur, fixé, irrégulier, indolore, et persiste pendant plusieurs semaines.

Quel bilan faire face à un ganglion dans le cou ?

Lorsqu'un ganglion du cou reste augmenté de volume plusieurs semaines et qu'aucun signe d'infection locale n'est décelé, il faut alors rapidement consulter un médecin. Celui-ci prescrira une échographie, qui va montrer l'aspect du ganglion. Si ce dernier est douteux, une ponction-biopsie de l'adénopathie sera effectuée. Cet examen permet de savoir si des cellules cancéreuses ont envahi le ganglion, et de connaître leur éventuelle provenance. Enfin, un bilan biologique est pratiqué, à la recherche de signes indirects de maladie infectieuse ou de cancer (syndrome inflammatoire, augmentation du taux de globules blancs...).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.