La France bien placée dans la lutte contre le cancer

Une étude britannique sur les taux de survie à différents types de cancers dans 31 pays montre que le système de soins francais figure parmi les plus efficaces. Un bon résultat pour les hôpitaux et les centres de lutte contre le cancer.
Publicité

L'étude, intitulée Concord, a été publiée par "The Lancet Oncology", la déclinaison consacrée à la cancérologie de la célèbre revue médicale britannique The Lancet. Elle couvre un échantillon de 31 pays répartis sur tous les continents : une vingtaine de pays européens, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, le Japon, le Brésil, l'Algérie et Cuba. L'étude a porté sur les taux de survie à cinq ans de deux millions d'adultes atteints d'un cancer du sein, d'un cancer colorectal ou d'un cancer de la prostate. Les dernières données utilisées dans ce cadre pour calculer le taux de survie remontent à 1999. L'étude fait apparaître des écarts très importants selon les pays, y compris parmi les Etats développés. La France occupe pour sa part un bon rang dans ces résultats.Pour le cancer du sein, le taux de survie a cinq ans y est par exemple de 79,8%, soit le 7e rang, la première place étant occupée par les Etats-Unis avec un taux de 83,9%.Pour le cancer colorectal, la France se classe au 1er rang chez les femmes avec un taux de survie à cinq ans de 61,5% et au 5e rang chez les hommes (55,6%), la première place étant occupée par le Japon (61,1%).Enfin, pour le cancer de la prostate, la France est classée au 6e rang avec un taux de survie de 73%. La première place est à nouveau occupée par les Etats-Unis, avec un taux de 91,9%. A titre de comparaison, un pays européen développé comme le Danemark n'affiche qu'un taux de 38,4%.En France, la prise en charge du cancer est assurée principalement par les hôpitaux publics et par les vingt centres régionaux de lutte contre le cancer, établissements de santé privés à but non lucratif et de caractère hospitalo-universitaire participant au service public hospitalier. La prévention et le dépistage, qui se sont nettement renforcés ces dernières années, sont organisés et financés par les pouvoirs publics et l'assurance maladie.

 
Publié par Hopital.fr le Jeudi 31 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Lundi 04 Août 2008 : 02h00