Les Français se moquent du cancer

© getty

On estime que 40% des cancers sont évitables, ce qui représenterait 400 cas par jour.

Pourtant, selon un sondageIPSOS réalisé pour la Fondation ARC, « 70% des Français ne font rien pour réduire leurs risques de développer un cancer ».

PUB

400 cas de cancer pourraient être évités chaque jour

Selon une étude publiée dans le British Journal of Cancer en décembre 2011 (1), 40% des cancers diagnostiqués sont liés au mode de vie et aux comportements des personnes, ce qui signifie qu’ils sont évitables.

En stoppant le tabac, l’alcool, la mauvaise alimentation, la sédentarité, etc., « sur les 1000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués quotidiennement en France, 400 d’entre eux pourraient être évités ». A titre de comparaison, les facteurs héréditaires ne représentent quant à eux que 5 à 10% des cas de cancer.

PUB
PUB

Face au cancer, les Français sont résignés et fatalistes

Malgré ce potentiel extraordinaire de la prévention en matière de cancer, « 7 personnes interrogées sur 10 n’ont jamais mis en place d’actions spécifiques » pour diminuer ces risques de cancers.

Selon ce sondage Ipsos réalisé en décembre 2012 auprès de 1.022 personnes de plus de 15 ans, l’action individuelle n’est pas perçue comme un levier efficace pour éviter la maladie.

Et si les Français identifient assez clairement les principaux facteurs de risque (tabac, alcool, alimentation, sédentarité…), « ils peinent à les hiérarchiser et à les pondérer ». C’est ainsi qu’ils minorent par exemple le rôle de l’alcool et de l’alimentation dans le développement des cancers, tandis qu’ils majorent la part de la pollution et des OGM.

Enfin, pensant à tort que les facteurs comportementaux, environnementaux et héréditaires se valent, les Français sont « résignés et fatalistes par rapport à la maladie », peut-on lire dans le communiqué de la Fondation ARC, divulguant ces données à la veille de la journée mondiale contre le cancer qui se déroulera le 4 février 2013…

Pourtant, connaître son propre risque permet de bénéficier d’actions de dépistage adaptées.

Publié le 01 Février 2013 | Mis à jour le 04 Février 2013
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Communiqué de la Fondation ARC, 31 janvier 2013.
Voir + de sources

(1) British Journal of Cancer, Volume 105, Issue S2 (Si--‐S81), 6 décembre 2011.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés