Footing : c'est le coeur qui commande !

Le footing, c'est bon pour le coeur… Mais à condition que ce soit ce dernier qui commande et donne le rythme à la course. Reste à savoir écouter son coeur…
PUB

Trente minutes de footing trois fois par semaine et votre coeur sera en pleine forme. Cela paraît simple, mais assez vite, il arrive qu'on se décourage. Pourquoi ? Le plus souvent, c'est parce qu'on n'a pas compris que le footing est un sport doux. On démarre trop vite, on recherche des sensations oubliées depuis longtemps, on accélère jusqu'à l'essoufflement, etc. Du calme ! Il faut tout reprendre à zéro.

Le footing, cela veut dire apprendre à courir doucement, voire très doucement, pour atteindre sa demi-heure d'entraînement sans être essoufflé ni très fatigué. Cela signifie qu'il faut commencer à courir très mollement pour que le coeur monte en rythme tranquillement, puis après cinq minutes, aller chercher la bonne vitesse, celle qui permet de penser à autre chose, de discuter avec son voisin, d'admirer le paysage. Quand on l'a trouvée, il ne faut pas oublier que l'on peut ralentir s'il le faut, voire trottiner et pourquoi pas marcher. Ce qui compte, c'est d'aller jusqu'au bout du temps et d'avoir envie de recommencer.

Bien sûr, il existe quelques pièges dont le premier est de vouloir suivre quelqu'un qui va un peu plus vite. Un peu plus vite et ce sera un essoufflement en quelques minutes Le deuxième est de ne pas avoir de montre sur soi : c'est essentiel pour la motivation. Le troisième est d'être trop ou pas assez couvert, ce qui peut gâcher littéralement le plaisir.

Enfin, une dernière chose : la pluie est rarement un véritable obstacle, à moins que le ciel soit très bouché. En général, il sera possible de faire son footing entre deux ondées, voire à défaut de le couper en deux, ce qui est un moindre mal. Car vous l'avez compris, ce qui compte c'est la régularité !

Guide: 

Publié le 17 Mars 2004
Auteurs : Dr Philippe Presles
PUB
PUB

Contenus sponsorisés