Fatigue Chronique : un test sanguin pourrait détecter ce syndrome

La fatigue chronique est une maladie difficile à identifier. Mais cela pourrait bientôt changer. Une équipe de l'Université de Stanford aurait trouvé une façon simple de détecter la maladie : un test sanguin.
© Istock

 

Les personnes souffrant de cette maladie affaiblissante et souvent négligée, connue sous le nom de syndrome de fatigue chronique, pourraient bientôt obtenir facilement ce qu'elles recherchent parfois depuis des décennies : la preuve scientifique de leur maladie.

Face aux difficultés rencontrées par les médecins pour diagnostiquer cette maladie, des chercheurs de l’Université de Stanford aux États-Unis ont crée un test sanguin qui permet de déceler la maladie. Cette dernière ne dispose actuellement d’aucun test diagnostique standard et fiable. Les résultats de l’étude ont été publié dans la revue scientifique américaine PNAS  le 29 avril 2019.

Des réactions différentes au stress

Les chercheurs ont porté leur étude sur un petit échantillon de 40 personnes, dont la moitié était atteinte du syndrome de fatigue chronique (SFC). Les chercheurs ont prélevé et analysé des échantillons de sang simplifiés composés de cellules immunitaires et de plasma. Le test consiste à utiliser du sel pour créer un "stress cellulaire" dans le sang prélevé et à étudier les courants électriques qui en résultent. Ils ont ainsi remarqué que les premiers ont tous présenté une modification importante du courant électrique, à la différence des autres.

Dans ce cas précis, un changement de l'activité électrique indique un changement au niveau cellulaire. Or, une grande activité des cellules peut traduire une difficulté de l'organisme à se défendre correctement contre le stress" Nous ne savons pas exactement pourquoi les cellules et le plasma agissent de cette façon, ni même ce qu'ils font. Mais nous voyons clairement une différence dans la façon dont les cellules immunitaires saines et celles des patients qui ont le syndrome de fatigue chronique traitent le stress", précise le Professeur Davis, responsable de l'étude.

 

Le syndrome de fatigue chronique, c’est quoi ?

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) se traduit par une grande sensation de fatigue, mais aussi par des maux de tête, des difficultés à se concentrer ou à dormir et des douleurs au niveau des articulations. Bien que les symptômes soient connus, cette maladie reste encore difficile à identifier.

"Cette maladie est classée dans la catégorie des maladies imaginaires"

Ron Davis, professeur de biochimie et de génétique à l'université de Stanford et co-auteur de cette nouvelle étude, explique dans un communiqué : "trop souvent, cette maladie est classée dans la catégorie des maladies imaginaires."

"Lorsque des personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique demandent l'aide d'un médecin, elles peuvent subir une série de tests qui permettent de vérifier la fonction hépatique, rénale et cardiaque, ainsi que le nombre de cellules sanguines et immunitaires. Tous ces différents tests devraient normalement guider le médecin vers une maladie ou une autre, mais pour les patients atteints du syndrome de fatigue chronique, les résultats sont tous normaux." D’après ce dernier, le problème serait que les médecins n'approfondissent pas assez leurs recherches.

 L'équipe de Ron Davis doit désormais mener des tests à plus grande échelle afin de trouver des médicaments pour lutter contre la fatigue chronique.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : A nanoelectronics-blood-based diagnostic biomarker for myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome (ME/CFS), PNAS le 29 avril 2019
Biomarker for chronic fatigue syndrome identified, Stanford Medecine, le 29 avril 2019