Etats-Unis : Rappel de pilules contraceptives qui n’étaient pas dans le bon ordre

© Istock

Le laboratoire Allergan a annoncé le rappel d'un lot de pilules contraceptives Taytulla pour une erreur dans l'ordre des comprimés. Placebo et comprimés actifs ont été inversés...

PUB

Une pilule contraceptive, plus si contraceptive que ça ! Mardi, le laboratoire pharmaceutique Allergan a annoncé le rappel d'un lot de pilule aux Etats-Unis. En effet, le lot #5620706 expirant en mai 2019 des pilules Taytulla est compromis.

Un rapport de l'Administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) précise que le rappel est dû à une erreur d'emballage des comprimés. Le laboratoire a placé des placebos dans les quatre premiers jours de la plaquette au lieu des comprimés avec le principe actif, l'hormone oestroprogestative, qui est l'hormone empêchant la grossesse.

PUB
PUB


"Allergan a récemment identifié, via le rapport d'un médecin, que quatre capsules de placebo ont été placées dans le mauvais ordre dans un paquet de Taytulla", précise l'AFP, citant un communiqué. Les placebos placés normalement en fin de cycle se sont donc retrouvés au début, créant ainsi un problème dans l'ordre de prise.

Une erreur aux lourdes conséquences

La conséquence de cette erreur est le risque d'une grossesse non désirée pour les utilisatrices de cette marque. L'échange de comprimés n'est pas évident à repérer même pour les utilisatrices habituées puisqu'en effet, les 28 comprimés que contient la plaquette se ressemblent tous.

Pour les pilules contenant le principe actif, elles sont roses avec "WC" inscrits sur la coque en blanc. De leur côté, les quatre gélules de placebo sont marron avec également "WC" imprimés dessus. Le rapport de la FDA incite les patientes utilisant ce produit à en informer leur médecin ou gynécologue au plus vite ainsi qu'à rapporter leurs plaquettes à leur pharmacien.

En France, les patientes ont été confrontées à une erreur du même type en avril dernier. Une patiente avait signalé aux autorités la présence d'une plaquette de pilule du laboratoire Majorelle, Optimizette Gé, contenant 21 comprimés au lieu de 28, comme elle est censée en contenir. Après analyses, il est apparu que les 21 comprimés n'étaient que des placebos.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés