Épilation sur mesure

Aisselles, jambes, maillot… Trouver la méthode qui correspond pile poil à la zone qu’on souhaite épiler, c’est connaître les produits les mieux adaptés pour avoir une peau douce à souhait.

PUB

Plus besoin aujourd’hui de souffrir pour être belle et bien épilée. Seule condition, choisir le produit qui correspond le mieux à votre attente.

Maillot nickel sous le bikini !

Le maillot étant la zone qui ne tolère aucun écart de conduite esthétique, vous devez vous débarrasser des indésirables et vous assurer que des boutons n’apparaîtront pas à leur place ! À cet endroit particulièrement sensible, les douillettes opteront pour les crèmes dépilatoires. Le résultat est certes immédiat et sans risque de coupure, mais de courte durée. Les plus courageuses adopteront les cires. Chaude ou froide en bandes, c’est le seul produit qui débarrasse radicalement des poils courts ou longs à la racine et garantit environ trois semaines de tranquillité. Évitez le rasoir et les retouches à la pince à épiler qui favorisent les repousses sous-cutanée.

PUB
PUB

Exit les jambes cactus !

Rasoir, crème, cire, épilateur électrique… Voilà bien une zone qui supporte tous les modes d’épilation. La différence avec les autres parties du corps ? Il faut privilégier une méthode qui convient à votre pilosité et non pas à votre sensibilité cutanée. En effet, les brunes qui ont des poils nombreux et épais ont tout intérêt à utiliser les cires orientales qui, au fil des mois et des épilations, affinent le poil et en diminuent la quantité.

Une action renforcée par les soins post-épilation qui freinent la repousse car, en pénétrant dans l’épiderme, leurs actifs destinés à atrophier progressivement le poil agissent directement sur la racine. Les blondes, quant à elles, qui ont une peau fine et claire comme leurs poils utilisent à leur guise le rasoir ou la crème dépilatoire. Les unes comme les autres doivent cependant absolument conclure leur épilation par un soin hydratant.

Publié le 28 Avril 2011 | Mis à jour le 03 Mai 2011
Auteur(s) : Véronique Aïache
Source : Bien-être & Santé