L’épilation intégrale : bonne ou mauvaise idée ?

© Istock

Quelle que soit la technique employée, rasoir, cire, épilateur, l’épilation intégrale du maillot est déconseillée car cette agression des muqueuses peut favoriser les infections.

PUB

L’épilation du maillot est très prisée

Selon une étude américaine publiée dans la célèbre revue JAMA Dermatologyhttps://archderm.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2529574, l’épilation pubienne rencontre un franc succès, surtout auprès des femmes jeunes de 18-24 ans et des femmes diplômées ayant notamment suivi un cursus universitaire. Sur les quelque 3.316 femmes interrogées, 84% procèdent à l’épilation du maillot, dont 62% à une épilationintégrale.

PUB
PUB

Au final, 20 % des moins de 24 ans ôtent la totalité de leurs poils pubiens, 10 % des trentenaires, 6 % des quarantenaires et 2 % des cinquantenaires.

Parmi les principales raisons évoquées : les rapports sexuels (50%) et la demande du partenaire (21%). Mais aussi, l’aspect pratique et esthétique pour les vacances, avant de consulter un médecin et pour des raisons d’hygiène intime.

L’épilation intégrale augmente le risque d’infection

C’est une erreur. En effet, cette pratique dont l’origine remonte aux films pornographiques comporte des risques. En institut à la cire chaude ou chez soi à l’aide du rasoir ou de l’épilateur électrique, éliminer les poils provoque des irritations des muqueuses, des inflammations des follicules pileux et des microlésions favorisants les infections, y compris des infections sexuellement transmissibles.

L’épilation intégrale est donc déconseillée. Les adeptes sont invitées à préférer l’épilation échancrée (sans toucher à la région vulvaire) et à défaut à minima à désinfecter avant et après la zone épilée.

À lire sur e-sante : Épilation intégrale, pour ou contre ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 08 Juillet 2016 : 12h33
Mis à jour le Vendredi 08 Juillet 2016 : 12h33
Source : Rowen T.S. et al., Pubic Hair Grooming Prevalence and Motivation Among Women in the United States, JAMA Dermatology, Published online June 29, 2016. doi:10.1001/jamadermatol.2016.2154.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés