Épidémie de fièvre charbonneuse dans les Hautes-Alpes : quels sont les risques ?

© Adobe Stock

Une épidémie de fièvre charbonneuse, ou anthrax, sévit depuis près de deux mois dans les Hautes-Alpes. Un risque de transmission de l’animal à l’humain existe. Voici les consignes à respecter pour limiter la contamination.

Publicité

L’épidémie fait rage depuis le 28 juin 2018. La fièvre charbonneuse a déjà tué "plus de 50 bêtes (bovins, ovins et équidés) réparties sur 23 zones distinctes" dans les Hautes-Alpes, alerte l’Agence Régionale de Santé (ARS) Provence-Alpes-Côte-D’azur dans un communiqué daté du 20 août 2018. Les services de l’Etats ont mis en place des mesures de prévention et de surveillance des élevages de la région "pour contenir le risque de contamination d’autres animaux".

3 modes de transmission à l'homme

La fièvre charbonneuse (aussi appelée maladie du charbon ou anthrax en anglais) est une maladie causée par la bactérie Bacillus anthracis. Elle affecte principalement les mammifères herbivores mais peut se transmettre aux humains. Ses symptômes comportent "une forte fièvre, avec des symptômes généraux, circulatoires, hémorragiques, digestifs et urinaires, et évolue rapidement vers la mort" rappelle l’ARS PACA. Les animaux herbivores tels que les vaches, moutons, chèvres ou encore chevaux, sont contaminés par ingestion des spores* de la bactérie présents sur les plantes qu’ils consomment.

Publicité
Publicité

"La transmission du charbon de l’animal à l’homme est très rare" rassure l’ARS. Mais trois modes de transmission existent :

  • La transmission par voie cutanée lors d'une manipulation sans gant d'un animal mort de fièvre charbonneuse.;
  • La transmission par voie digestive par ingestion de viande ou de lait provenant d'un animal malade;
  • La transmission par voie aérienne, très rare, par inhalation de grandes quantités de spores*.

La transmission entre personne de la fièvre charbonneuse n’a par ailleurs jamais été observée.

Traitement antibiotique préventif

Les animaux des élevages concernés ont tousreçu un traitement antibiotique et/ou une vaccination. Ils restent circonscrits dans leurs pâturages et les produits animaux susceptibles d’être contaminés (viande, lait, produits laitiers) sont retirés de la consommation humaine.

Actuellement, 103 personnes ont potentiellement été en contact avec la maladie dans les Hautes-Alpes. Un traitement antibiotique préventif a été prescrit à 54 personnes mais aucun cas de fièvre charbonneuse n’a pour le moment été détecté chez l’humain.

Pour éviter tout risque de contamination humaine, l’ARS PACA conseille de se plier aux règles de sécurité suivantes :

  • respecter les enclos des pâtures,
  • ne pas toucher les animaux trouvés morts,
  • tenir les chiens en laisse,
  • ne pas cueillir les baies sauvages et les champignons.

Les communes concernées à ce jour sont au nombre de 13. Il s’agit de Montgardin, La Batie-Neuve, La Rochette, Chorges, Théus, La Freissinouse, Romette, Ancelle, Saint-Léger-les-Mélèzes, Sainte-Eusèbe-en-Champsaur, Rambaud, Saint-Etienne-le-Laus et Buissard.

*Spore : cellule ou groupe de cellules servant à la reproduction d’un organisme par multiplication. La spore représente une phase du cycle de vie pour certaines bactéries, dont Bacillus anthracis.

Publié par Laurène Levy, journaliste santé le Mardi 21 Août 2018 : 11h41
Source : Cas de fièvre charbonneuse dans le département des Hautes-Alpes : les services de l’État prennent les mesures nécessaires pour contenir la maladie, Communiqué de l'Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte-D’azur, 20 août 2018
Hautes-Alpes : l'épidémie de fièvre charbonneuse prend de l’ampleur, France 3 Provence-Alpes-Côte-D’azur avec AFP, 20 août 2018
PUB
PUB