Encore des médicaments dangereux…

Après l’affaire du Médiator, la revue Prescrire continue ses alertes sur la dangerosité de certains médicaments, lesquels peuvent aussi entraîner des effets indésirables très graves. Prescrire demande purement et simplement le retrait de deux produits dangereux et de surcroît sans intérêt thérapeutique, un vasodilatateur et un anti-inflammatoire.

Publicité

Médicaments aux effets indésirables graves

Il s’agit respectivement du Fonzylane, dont le principe actif est le buflomédil, et qui est prescrit chez les patients souffrant de rétrécissement artériel au niveau des jambes. Ce médicament peut entraîner des effets indésirables neurologiques et cardiaques potentiellement mortels, notamment en cas de doses élevées ou inadaptées.

Quant au Nexen (principe actif : nimésulide), il s’accompagne d’un risque d'atteintes hépatiques graves.

Afin que les autorités puissent prendre leur décision, de longues procédures sont en cours pour réexaminer la balance bénéfice-risque de ces médicaments.

Publicité
Publicité

Cela dit, il y a encore 6 produits dans le collimateur, dont voici la liste (nom du principe actif) :

  • Actos : un antidiabétique oral de la famille des glitazones associé à un risque accru de cancer de la vessie.
  • Hexaquine : indiqué dans le traitement des crampes musculaires, il peut favoriser des saignements liés à une chute de cellules sanguines.
  • Intrinsa : ce patch à la testostérone prescrit contre la baisse de libido après ablation des ovaires et de l'utérus, peut provoquer un excès de pilosité, des troubles hépatiques et cardiovasculaires.
  • Vastarel : prescrit en cas de vertiges, d’acouphènes ou d’angine de poitrine, l’utilité de ce traitement est remise en cause, alors que de nombreux effets indésirables ont été observés, comme l'apparition de syndromes parkinsoniens.
  • Vinflunine : cet anticancéreux utilisé dans certains cas de cancer de la vessie est par ailleurs dangereux.
  • Zyban : prescrit dans le cadre du sevrage tabagique, cette molécule est proche des coupe-faim amphétaminiques de type Médiator et est notamment associée à un risque d’hypertension artérielle…

Vos médicaments en pratique

Suivez scrupuleusement la prescription de votre médecin. Ne stoppez pas et ne modifiez pas de votre propre chef votre traitement. Respectez bien les posologies et le moment des prises. En cas de doute ou d’effets indésirables, n’hésitez pas à lui en parler !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 05 Janvier 2011 : 15h40
Mis à jour le Mercredi 05 Janvier 2011 : 15h49
Source : Revue Prescrire, janvier 2011.
PUB
PUB