Ebola : l’OMS prédit 20.000 cas dans deux mois

Publié le 24 Septembre 2014 par Rédaction E-sante.fr
Sans « une amélioration drastique » et rapide de toutes les stratégies et mesures actuellement en place, l’OMS prédit 20.000 cas d’Ebola d’ici fin novembre.
PUB
© getty

Soutenir la riposte contre cette épidémie sans précédent

Selon les données les plus récentes, le virus Ebola a déjà infecté 5.864 personnes en Afrique de l’Ouest et en a tué plus de 2.811 depuis le début de l’année.

En l’absence d’un renforcement colossal des mesures, on peut s’attendre non pas à un désastre mais à une catastrophe, prédit l’OMS. En effet, selon une étude qui vient d’être publiée dans la revue du New England Journal of Medicine, nous entrons dans une 3e phase de croissance de l’épidémie qui pourrait mener à 9.939 cas au Liberia, 5.925 en Guinée et 5.063 en Sierra Leone. Autrement dit, au cours des deux prochains mois le nombre de victimes d’Ebola pourrait s’élever à plus de 20.000…

PUB

Ebola, « ce virus mortel et effroyable »

Le 18 septembre dans son Discours prononcé à la réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies, le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS, reconnaissait que ce « mortel et effroyable » virus Ebola « nous a pris de court », ne « cessant de nous surprendre de manière consternante ». Cette épidémie d’Ebola est « bien différente » et constitue « sans doute le plus grand défi auquel l’Organisation des Nations Unies et ses institutions n’aient jamais été confrontées en temps de paix ».

PUB

« Il ne s’agit pas seulement d’une crise de santé publique », c’est aussi une crise sociale, humanitaire, politique et économique. « Dans les pays les plus durement touchés, l’augmentation exponentielle du nombre de cas menace de pousser les gouvernements au bord de l’effondrement ». Dans certaines régions où les cultivateurs et leur famille sont décédés de la fièvre Ebola, « la faim est devenue une préoccupation encore plus grave que le virus ».

Il est urgent de « combler le retard pris sur l’épidémie ». Une « nette accélération dans le soutien » a déjà été enregistrée, qui pourrait « inverser le cours des choses pour les quelque 22 millions de personnes » les plus touchées. « Tout est sans précédent », mais « la flambée de maladie à virus Ebola peut être endiguée », comme en témoigne la stabilité actuelle de la situation au Nigéria et au Sénégal, conclut Margaret Chan.

Mots-clés : Ebola, Oms, Epidemie, Virus, Fievre
Source : WHO Ebola Response Team, September 23, 2014DOI: 10.1056/NEJMoa141110, http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1411100?query=featured_home. Discours prononcé par le Dr Margaret Chan, 18 septembre 2014, http://www.who.int/dg/speeches/2014/security-council-ebola/fr/.
PUB

A lire aussi

Après la peste et le sida : le virus Ebola

Ébola : une accélération sans précédent

Virus Ebola : conseils aux voyageurs

Ebola : 9 hôpitaux français prêts à accueillir les malades

L'OMS formule ses recommandations pour se préparer à la deuxième vague de la pandémie de grippe A

Encore une épidémie : la grippe du poulet

Plus d'articles