Éblouissements la nuit : j’ai du mal à conduire dans le noir…

Conduire la nuit n’est pas forcément agréable.

Entre les phares des autres conducteurs, les reflets de l’éclairage public et les insuffisances de nos propres phares, la visibilité est rarement idéale.

Mais quand ces désagréments deviennent sérieusement gênants, il est temps de consulter son ophtalmologue. 

PUB

Éblouissements lors de la conduite de nuit : baisse d’acuité visuelle nocturne ?

Bien sûr, il est normal d’être parfois ébloui quand on conduit la nuit – si un conducteur arrive en face et a oublié de passer des pleins phares aux phares de conduite, par exemple.

La baisse d’acuité visuelle nocturne, aussi appelée héméralopie (ou dans les cas les plus graves cécité nocturne), c’est encore autre chose. Les personnes atteintes voient bien en journée, mais très mal la nuit. Elles supportent en particulier très mal les changements de luminosité, ce qui est particulièrement gênant pendant la conduite. Eblouissements fréquents, halo autour des sources lumineuses, sensation de brouillard visuel, sont les symptômes les plus souvent cités.

PUB
PUB

Que se passe-t-il ? La rétine, membrane sensible à la lumière qui tapisse l’intérieur du globe oculaire, a des cellules qui servent spécifiquement à voir la nuit : les bâtonnets. C’est quand la rétine est abîmée, ou les bâtonnets moins efficaces, que l’on peut observer une baisse de l’acuité visuelle nocturne.

Quelles sont les causes de la baisse d’acuité visuelle nocturne ?

Plusieurs maladies ou événements peuvent entraîner ce problème :

  • Un début de cataracte.

    Cette maladie liée au vieillissement entraîne une opacification du cristallin, qui empêche la rétine de faire son travail. La baisse de l’acuité visuelle nocturne est l’un des premiers signes de cataracte.

  • Par ailleurs, toutes les maladies de la rétine peuvent diminuer la vision de nuit.

    On pense à la rétinite diabétique, liée comme son nom l’indique au diabète et aux dommages qu’il fait subir aux vaisseaux qui l’irriguent.

  • Un effet secondaire d’une opération contre la myopie.
  • Une exposition excessive à la lumière du soleil (après des vacances aux sports d’hiver, par exemple) – dans ce cas, la baisse d’acuité visuelle nocturne est temporaire.
  • Il arrive aussi que cette baisse d’acuité visuelle soit liée à un manque de vitamine A.

    Celui-ci est rare dans nos pays où nous avons la chance d’avoir une alimentation variée, mais certaines maladies du tube digestif diminuent son absorption et peuvent donc entrainer des carences.

Publié le 13 Janvier 2014 | Mis à jour le 05 Novembre 2015
Auteur(s) : Marion Garteiser, journaliste santé
Source : http://www.
Voir + de sources
nlm.nih.gov/medlineplus/ency/article/003039.htm