Drogues par intraveineuse : 15 % de séropositifs

Au moins 15 % des usagers de drogues intraveineuses sont séropositifs pour le sida.
PUB

Les résultats de plusieurs enquêtes convergent. Un pourcentage très important d'usagers de drogues intraveineuses est séropositif pour le sida. Selon les populations enquêtées et les méthodes, ils sont entre 12 % et 17 %. Mais toutes les enquêtes montrent que la sérologie sida des usagers de drogues demeure inconnue dans près de 20 % des cas. Si bien qu'on peut conclure qu'au moins 15 % des usagers de drogues intraveineuses sont séropositifs pour le sida.

Pourcentage de séropositifs parmi les usagers des centres spécialisés dans la lutte contre la toxicomanie

19931994199519961997
Ensemble des usagers

% de séropositifs pour le virus du sida

14,3-20,314,8-19,813,2-17,211,8-15,312,1-15,8
% dont la sérologie pour le virus du sida est inconnue33,631,226,424,927,2
Usagers de drogues injectables

% de séropositifs pour le virus du sida

-18-2316-2015-1815,5-17,3
PUB
PUB

A noter que les usagers de drogues sont aussi particulièrement exposés aux risques d'hépatite virale B et C, sans parler des infections bactériennes dues à des injections non stériles, et des effets des drogues elles-mêmes sur l'organisme.

Globalement, le pourcentage d'usagers de drogues qui connaissent leur sérologie est en augmentation, tandis que le pourcentage de séropositifs pour le sida est en baisse. On peut estimer qu'il s'agit du résultat global de la politique dite "de réduction des risque". Cette politique ne repose pas seulement sur l'encouragement à l'arrêt de toute consommation, mais sur des campagnes d'information, un encouragement à la distribution de seringues propres et bon marché et de "kits" permettant des injections à moindre risque et sur l'autorisation des médicaments de substitution: buprénorphine (Subutex°) et méthadone.

Publié le Vendredi 28 Janvier 2000 : 01h00
Source : "Situation sanitaire des usagers de drogues" In Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) "Drogues et toxicomanies, indicateurs et tendances" OFDT éd. Paris 1999 : 138-148.