Douleurs pelviennes : un fœtus s’était en fait développé dans sa vessie

Publié le 12 Juillet 2019 par Sophie Raffin, journaliste santé
Des obstétriciens brésiliens ont fait face à un cas très rare lorsqu’ils ont pris en charge une femme qui se plaignait de douleurs pelviennes et de saignements vaginaux. Ils ont découvert la présence d'un fœtus de 13 semaines dans sa vessie.
© Istock

La revue scientifique Einstein (São Paulo) du 1er juillet 2019 rapporte un cas surprenant. Une Brésilienne de 37 ans s'est rendue au centre hospitalier universitaire de São Paulo en septembre 2016 car elle souffrait de légères douleurs pelviennes et des saignements vaginaux. À son admission, elle a également révélé qu'elle avait régulièrement du sang dans ses urines depuis sa seconde césarienne réalisée 6 ans plus tôt.

Les échographies pelviennes et trans-vaginales effectués ont permis de découvrir l'origine de ses souffrances : un sac gestationnel contenant un fœtus d'environ 13 semaines était en partie passé dans la vessie.

Une complication liée à ses césariennes

Le sac embryonnaire avait en partie quitté la cavité utérine par le biais d'une brèche de 17 mm. Une imagerie par résonance magnétique (IRM) a permis de déterminer que la tête, le tronc et les membres supérieurs du fœtus étaient dans la vessie tandis que le reste du corps était toujours dans l'utérus. Lors de ces examens, le fœtus avait un rythme cardiaque et bougeait.

Toutefois, les douleurs pelviennes et les saignements sont devenus plus importants. Une nouvelle échographie a alors révélé que le fœtus, désormais décédé, avait entièrement migré dans la vessie. Les docteurs ont dû réaliser une laparotomie pour extraire le fœtus ainsi qu'un curetage. Ils ont également dû soigner la fistule vésico-utérine (FVU) – c'est-à-dire l'ouverture entre la vessie et l'utérus – à l'origine du mauvais placement du fœtus.

Fistule vésico-utérine : qu'est-ce que c'est ?

La fistule vésico-utérine est une communication anormale entre la vessie et l’utérus. C'est une lésion rare, ne représentant que 4% des fistules uro-génitale. Dans la majorité des cas, elle est une complication de césarienne.

La patiente brésilienne avait en effet subi auparavant deux césariennes. Depuis ces interventions, elle avait remarqué la présence cyclique de sang dans ses urines (hématurie) et un flux menstruel moins important. D'ailleurs avant cette 3e grossesse, une cystoscopie (examen de la paroi interne de la vessie avec un endoscope) avait été réalisée. Mais les soignants n'avaient pas trouvé de fistule.

Les autres symptômes possibles de cette complication obstétrique sont l'incontinence et un écoulement permanent des urines par les voies génitales.

Les scientifiques précisent dans leur article “En raison de la rareté de cette situation médicale, le déroulement du traitement était incertain au début”. Ils ajoutent “Vu que le fœtus était en vie lors de la première échographie, nous avons envisagé la possibilité d'essayer de le replacer dans la cavité utérine. Cependant, après la mort fœtale spontanée, cette approche a été abandonnée et le traitement proposé à la patiente a été basé sur son désir de concevoir à nouveau”.

Source : Live fetus inside the urinary bladder: a case report, Einstein (São Paulo), 1er juillet 2019