Douleur au pied, au talon : que se passe-t-il ?

On parle beaucoup du canal carpien et des troubles musculo-squelettiques (les fameux TMS). Mais il arrive que le talon fasse aussi parler de lui, à tel point que la douleur pourra gêner ou empêcher la marche. Comment se soigner ?
PUB

Douleur au pied : une fasciite plantaire ou une talalgie localisée au talon ?

Le pied est aussi complexe que la main et en plus, il subit de très nombreux chocs au cours de la marche ou de la course. Il est constitué de nombreux petits os maintenus entre eux au niveau de la voûte plantaire par une grande membrane fibreuse faite de collagène ou aponévrose plantaire. C'est cette aponévrose qui est le plus souvent atteinte lors des douleurs du talon et du pied, et on parle de fasciite plantaire (ou d'aponévrosite plantaire) ou encore de talalgie quand la douleur est limitée au talon.

Cette aponévrose peut en effet se déchirer suite à des microtraumatismes répétés ou bien du fait d'efforts violents. Il faut faire attention au port de chaussures, celles-ci doivent être bien adaptées, et aux signes d'appel pour ne pas forcer sur un pied devenu douloureux.

PUB
PUB

Douleur au pied : une maladie rhumatismale ?

Si le mal est fait, il faut consulter son médecin traitant qui cherchera à préciser le diagnostic, en éliminant d'autres causes de maladies rhumatismales pouvant donner elles aussi des douleurs au niveau du pied. Il vous demandera ainsi si vous souffrez par ailleurs d'autres articulations, ou bien du bas du dos (lombalgie), du ventre, des yeux (conjonctivite) ou de la peau pour éliminer la spondylarthrite ankylosante, le rhumatisme psoriasique, le syndrome oculo-urétro-synovial, l'affection abdominale inflammatoire et le syndrome de Behçet.

Il pourra vous prescrire un bilan sanguin afin d'éliminer ces maladies rhumatismales, bilan comprenant notamment une VS (Vitesse de Sédimentation qui évalue le niveau d'inflammation) et le typage HLA B27 (qui caractérise la spondylarthrite ankylosante).

Si le bilan sanguin est normal, une échographie plantaire, voire une IRM, peuvent montrer un épaississement de l'aponévrose plantaire qui signera le diagnostic. Ménagement du talon (talonnettes en mousse, béquille s'il le faut) et anti-inflammatoire non-stéroïdien par voie générale seront le plus souvent suffisants.

Si la douleur persiste, il est possible de pratiquer des infiltrations d'anti-inflammatoires directement au niveau de l'aponévrose.

Publié le 22 Mars 2005 | Mis à jour le 22 Mars 2016
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Pfeffer, G.
Voir + de sources
B., ed. Plantar Heel Pain. first ed. Foot and Ankle Disorders, ed. S.M. Myerson. Vol. 2. 2000, W.B. Saunders Co.: Philadelphia. 834 -850.
PUB