Don d’organes : élargissement des conditions de prélèvement

© Istock

L’hôpital d’Annecy Genevois est le tout premier établissement à avoir obtenu un agrément l’autorisant à réaliser des prélèvements d’organes chez des donneurs à cœur arrêté.

Cette nouvelle mesure a pour objectif d’augmenter le nombre de greffons disponibles et ainsi les possibilités de guérison pour les personnes en attente d’une greffe d’organe.

Publicité

Pas assez de donneurs, pas assez de greffons

Déjà pratiqué dans d’autres pays (États-Unis, Royaume Uni, Espagne, Pays Bas, Belgique), ce type de prélèvement sur une personne décédée d’un arrêt du cœur contrôlé, c’est-à-dire décidé par une limitation ou un arrêt de son traitement devenu inutile, est complètement nouveau en France. En effet, jusqu’à présent dans notre pays, le prélèvement d’organe n’était possible qu’après une mort encéphalique ou un arrêt cardiaque accidentel (par infarctus notamment). Désormais, dans ce centre hospitalier Annecy Genevois, les conditions de prélèvement sont élargies aux personnes décédées en soins intensifs aux urgences, par arrêt volontaire d’un traitement prolongeant artificiellement la vie inutilement (ventilation artificielle).

Publicité
Publicité

Réduire les délais d’attente

Cette nouvelle modalité des conditions de prélèvement devrait augmenter le nombre de greffons disponibles, qui est encore aujourd’hui très en dessous des besoins. À titre d’exemple, sur les 10.000 personnes en attente d’une greffe de rein en 2013, seules 3.000 ont pu être greffées...

Pour en savoir plus sur le don d’organe sur e-sante.fr :

Don d'organe : 10 questions, 10 réponses

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 04 Décembre 2014 : 10h40
Mis à jour le Jeudi 04 Décembre 2014 : 11h24
Source : Agence de la Biomédecine, décembre 2014, http://www.dondorganes.fr.
PUB
PUB