Du don à la greffe : une course contre la montre

Concrètement, comment se déroule cette course contre la montre ? L'an passé, en 2007, 4.666 greffes ont été réalisées en France, ce qui signifie que 4.666 personnes ont trouvé un donneur compatible. En revanche, 227 sont décédées faute de recevoir un greffon à temps, tandis qu'environ 1.000 personnes figurent toujours sur une liste d'attente.
Publicité

1) Une personne décède à l'hôpital.2) 12 heures : le constat de décès est confirmé par des examens (encéphalogrammes) qui attestent de la destruction irréversible du cerveau.3) 13 heures : les équipes médicales surveillent en permanence la personne décédée pour que les organes ne soient pas détériorés. 4) Parallèlement, l'équipe de coordination hospitalière cherche à connaître la volonté du défunt sur le don de ses organes : elle consulte le registre national des refus et elle interroge les proches. 5) 20 heures : des analyses de laboratoire et des examens d'imageries sont effectués à l'hôpital pour évaluer la qualité des greffons et trouver le receveur qui a des caractéristiques proches de la personne décédée. 6) 23 heures : les organes sont prélevés au bloc opératoire. La qualité des greffons dépend aussi de la technicité, de la rapidité et de la précision du prélèvement. 7) Une fois l'opération terminée, le corps est rendu à la famille. 8) 3 heures : les greffons sont placés dans des glacières, puis transportés en urgence vers les hôpitaux où auront lieu les greffes (convoi exceptionnel en ambulance, en avion, en train).9) 6 heures : préparation pour la greffe par des équipes expérimentées et spécialement formées. Une greffe peut mobiliser 8 personnes et durer près de 12 heures.10) Grâce à la greffe, une autre vie va pouvoir se poursuivre. Les personnes greffées doivent suivre à vie un traitement « anti-rejet » à base d'immunosuppresseurs.

Publicité
Publicité

Donneur ou pas : je sais pour mes proches, ils savent pour moi

Nous pouvons tous contribuer à accélérer la rapidité de cette course en indiquant à nos proches notre position vis-à-vis du don d'organe (pour ou contre donner ses organes). Il est pénible de devoir débattre de ce sujet au moment où l'on vient de perdre un proche, d'autant plus que cette question cruciale nécessite une réponse rapide.. Si l'on connaît déjà la position du défunt, c'est plus facile pour tous !Pour en savoir plus :www.dondorganes.fr

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 09 Juin 2008 : 02h00
Source : Guide de l'Agence de la Biomédecine.