La disponibilité sexuelle n'est pas un dû !

© Istock

D'après l'étude de Durex (Global Sex Survey réalisée en 2005), les Français font en moyenne l'amour 120 fois par an (soit 2,3 fois par semaine), la moyenne mondiale étant de 103 rapports sexuels par an. Le problème c'est qu'on finit par élever cette moyenne au rang d'une norme, alors qu'il ne s'agit que d'un calcul basé sur des déclarations incontrôlables !

PUB

Qu'est-ce qu'une sexualité " normale " ?

Pour les sexologues, de nombreux patients souffrent d'un manque de désir sexuel, le plus souvent passager. Alors, quand ces personnes pensent que tout le monde fait l'amour trois fois par semaine, elles se sentent anormales et se jugent en faute vis-à-vis de leur partenaire ! Elles pensent qu'il faut suivre ce rythme pour être un couple « normal » Ce qui est étonnant, c'est que dans notre société, on élève comme un principe l'idée que c'est épouvantable et insupportable de désirer quelqu'un qui vous dit non. On plaint un homme dont la femme a peu de désir, et idem pour une femme dont le mari n'est pas très « porté sur la chose ».

PUB
PUB

La disponibilité sexuelle n'est pas un dû !

On compatit naturellement avec celui dont le désir n'est pas satisfait plutôt qu'avec celui qui n'en n'a pas. Pourtant c'est aussi difficile pour le partenaire qui reçoit la demande de l'autre, avec la pression qu'elle peut exercer, et à laquelle il ne peut répondre... Il peut se sentir fautif, se forcer (ce qui n'apporte pas un grand plaisir, à aucun des partenaires), se braquer et s'éloigner un peu plus du désir. Or, nous sommes des êtres humains avec des capacités de compréhension et d'empathie. Il est possible, et même normal pour un homme de rester trois mois sans rapports sexuels après l'accouchement de sa compagne. Que oui, il est possible pour une femme de continuer à aimer un homme qui ne lui fait pas si souvent l'amour qu'elle en aurait envieou qui, préoccupé par des soucis extérieurs, n'est pas disponible.

La disponibilité sexuelle n'est pas un dû. Ce n'est pas parce que l'on est en couple, ni même que l'on s'aime, que l'on doit être toujours prêt à faire l'amour. Chacun a ses humeurs, ses désirs, ses jours avec ou sans, ses périodes difficiles. Et au fil de toute une vie, ces paramètres changent, évoluent. Être désiré parce que l'on est en couple n'est pas un dû, mais un cadeau très précieux qu'il faut savoir apprécier à son juste prix et savourer sans penser qu'il suffit de demander pour être exaucé !

Publié le 01 Octobre 2003 | Mis à jour le 24 Juin 2011
Auteur(s) : Dr Catherine Solano