Dialoguer avec ses médecins

L'insatisfaction des patients provient souvent d'un dialogue insuffisant avec les médecins.
PUB

Si vous n'êtes pas content, dites-le à vos médecins ! C'est en substance la conclusion d'une étude récente sur les incompréhensions entre médecins et patients à propos des ordonnances de médicaments.

Une forte proportion de patients déçus

Des auteurs britanniques ont enregistré, transcrit et analysé les dialogues entre 35 patients et leur médecin généraliste, à l'occasion d'une consultation. Parmi eux, ils se sont surtout intéressés aux 26 qui ont reçu une ordonnance. D'après l'analyse des dialogues, plus de la moitié d'entre eux (exactement 14) n'ont pas obtenu les informations qu'ils souhaitaient ou n'ont pas été rassurés par la consultation. De plus, 5 ont reçu des médicaments qu'ils ne souhaitaient pas, 3 n'ont pas obtenu une ordonnance qu'ils désiraient, 3 n'ont pas obtenu du médecin une autre action qu'ils souhaitaient (comme une lettre pour voir un spécialiste).

PUB
PUB

De multiples causes de mauvaise compréhension

Seulement 8 patients ont plus ou moins exprimé au médecin leur insatisfaction ou leur désaccord. Résultat concret: près de la moitié de ces 26 patients n'ont pas suivi le traitement prescrit: 4 n'ont même pas été chercher les médicaments à la pharmacie, et 7 n'ont pas pris les médicaments de la manière dont le médecin l'avait proposé. Au cours des 35 consultations étudiées, les auteurs ont relevé 28 cas de mauvaise compréhension entre patient et médecin, à l'origine de l'insatisfaction qui suit, dans la mesure où les propositions du médecin ne correspondent pas à la demande du patient. Les causes de cette mauvaise compréhension sont multiples, et peuvent notamment être un échange d'informations insuffisant entre patient et médecin, un conflit avec d'autres sources d'informations, la mauvaise compréhension des explications données par le médecin.

Publié le Vendredi 10 Mars 2000 : 01h00
Source : Britten N. et coll. " Misunderstandings in prescribing decisions in general practice : qualitative study " British Medical Journal 2000 ; 320 : 484-488.