Diabète de type 1 : la fin des piqûres d’insuline est proche
Sommaire

L’hypoglycémie, véritable épée de Damoclès

L’Europe est pionnière en matière de pancréas artificiel, avec des recherches sur plusieurs variantes technologiques ces cinq dernières années. Il a d’abord été montré que ces systèmes pouvaient, chez des enfants avec un diabète de type 1, diviser par trois le temps passé en hypoglycémie et doublaient le temps passé en normo-glycémie (la glycémie est dans la norme) (1). Idem chez des adultes, avec près de 80% du temps passé la nuit dans la zone de normo-glycémie (entre 0,70 et 1,40g/l) et des hypoglycémies divisées pas cinq.

Puis des chercheurs israéliens l’ont testé avec succès en vie réelle dans un camp de vacances pour enfants et adolescents avec un diabète de type 1. En 2014, le passage chez l’adulte a été concluant (2) où l’ordinateur (l’intelligence artificielle) a été remplacé par un smartphone. D’autres équipes ont préféré la tablette.

Mais un dernier obstacle restait à franchir : gérer les repas du fait du délai d’action retardé de l’insuline quand elle est injectée en sous-cutané par la pompe. Pour cela, les chercheurs ont mis au point des algorithmes dits "multi modulaires" c’est-à-dire qu’au lieu d’avoir un seul algorithme qui vise le maintien dans la zone de normo-glycémie (avec perfusion d’insuline pour rester dans les normes), on lui ajoute un système d’ange gardien qui va en permanence regarder quel est le risque hypoglycémique (l’algorithme n°2) et freiner la perfusion d’insuline en cas de risque d’hypoglycémie (3).

La dernière prouesse a été de rendre ces systèmes totalement ambulatoires (dans la vraie vie), hors de l’hôpital. Pour l’instant, et en attendant de disposer d’insuline d’action plus rapide, il faut encore que le diabétique indique au système les glucides qu'il va manger ou l'exercice physique qu'il va pratiquer!

Dernière ligne droite pour le pancréas artificiel

Le pancréas artificiel permet aux personnes diabétiques de mieux équilibrer leur glycémie tout en faisant moins d’hypoglycémies en utilisant ces "boucles fermées" 24h/24 (les essais récents vont jusqu’à 3 mois).

Deux derniers tests vont couronner des décennies de recherche et utiliser le pancréas artificiel au quotidien. Le premier, français, est en cours à Montpellier, Paris, Tours et Angers chez l’enfant la nuit. Le second, soutenu par l’Institut National pour la Santé américain dans 10 centres américains et européens (dont le CHU de Montpellier dans le service du Pr Renard) va débuter au cours du second semestre 2016. Il va tester le pancréas artificiel dans la vie courante pendant six mois.

Pr Éric Renard : « Cette étude est considérée comme celle qui donnera le feu vert pour une commercialisation de ce système de boucle fermée, prévue pour fin 2017, début 2018 (par l'Autorité de santé américaine, FDA). Le futur sera d’utiliser des insulines plus rapides et de ce fait, plus réactives. Ce sera aussi la conception (en cours) d’un système "tout-en-un" c’est-à-dire un unique appareil miniaturisé qui mesure la glycémie à l’endroit même où est perfusée l’insuline, sorte de capteur-pompe à insuline contenant l’intelligence artificielle ».

Bémol de taille, le remboursement du dispositif (9000 euros par an pour le système « made in France » Diabeloop) espéré pour 2019 n’est pas gagné d’avance. En France, l a lecture de la glycémie en continu n'est toujours pas remboursée dans le diabète de type 1 alors qu’elle l’est déjà en Suède, Hollande, Slovénie...

A noter : Trois sociétés, la Start up Medtech Diabeloop issue du CERITD (Centre d’études et de recherche pour l’intensification du traitement du Diabète ; en partenariat avec le Leti, Institut du CEA Tech), Medtronic et Big Foot ont annoncé une commercialisation d’ici à 2017-2018.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : (1) Hovorka et al. Lancet 2010 ; 375 : 743-51 ; (2) Diabetes Care 2014 ; 37 : 1789-96 ; (3) Breton M et al ; Diabetes Care 2012
D’après un entretien avec le Pr Éric Renard, coordinateur du Département Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition au CHU de Montpellier et membre du conseil scientifique de Diabeloop, premier pancréas artificiel français, suite à son intervention à Codia, le forum Cardio-Diabéto (16-17 février 2016, Paris).