Diabète de type 1 : des cellules productrices d’insuline toutes neuves

© Istock

Reprogrammer des cellules afin qu’elles produisent de l’insuline. Ça n’est encore que du domaine de la recherche mais avec cette découverte française les espoirs sont permis dans le diabète de type 1

PUB

Des cellules productrices d’insuline crées de toutes pièces…

L’insuline permet de diminuer le taux de sucre dans le sang en cas d’apport sucré. Sans elle, le corps saturerait très vite en sucre, entraînant des complications très graves et fatales au niveau des reins, du système nerveux et cardiovasculaire.

Dès leur plus jeune âge, les personnes diabétiques de type 1 voient leur production d’insuline s’épuiser, au point qu’elles doivent s’en injecter tout au long de leur vie. C’est parce que leur stock de cellules spécialisées dans la synthèse d’insuline -les cellules bêta du pancréas- se détruisent peu à peu avec les années.

L’idée de chercheurs français dirigés par Patrick Collombat au sein de l'Unité 1091 "Institut de biologie Valrose" (Inserm/CNRS/Université de Nice Sophia Antipolis) a été de convertir des cellules presque similaires (les cellules alpha du pancréas qui produisent une autre hormone, le glucagon) en cellules bêta. Ils y sont parvenus par des modifications génétiques. Mais pour transposer cette découverte à l’Homme et produire un nombre de cellules suffisamment important pour subvenir aux besoins de l’individu en insuline, il leur fallait trouver un moyen plus pratique. Et en effet, ils ont trouvé un composé qui recrée cette modification aussi bien que la modification génétique.

PUB
PUB

...au moyen d’un simple complément alimentaire

Le composé en question se trouve être un composé chimique libéré par les neurones bien connu des scientifiques : le GABA (acide ϒ-aminobutyrique) au rôle essentiel dans le monde vivant.

L’expérience a été concluante chez la souris. Chez l’homme, les résultats qui viennent d’être publiés* sont enthousiasmants : en laboratoire, après 14 jours en présence de GABA, le nombre de cellules productrices de glucagon a diminué de 37% au profit d'une augmentation de 24% des cellules productrices d'insuline. Restait à trouver une manipulation facile pour mettre en contact cellules et GABA. Chez la souris, une supplémentation de l’alimentation quotidienne en GABA s’est avérée efficace.

Des essais thérapeutiques chez des patients atteints de diabète de type 1 vont débuter.

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 01 Décembre 2016 : 15h07
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 11h56
Source : *Revue Cell : http://dx.doi.org/10.1016/j.cell.2016.11.002
PUB
PUB

Contenus sponsorisés