Diabète : sur la piste d'une insuline inhalée

Le traitement d'un diabète de type 1 est particulièrement contraignant car il nécessite plusieurs injections quotidiennes d'insuline. Dans le but de contourner ces inconvénients, différentes voies d'administration ont été étudiées, dont une forme d'insuline à inhaler. Son efficacité sur la régulation de la glycémie et sa tolérance ayant été testées sur un groupe de patients, il semblerait qu'elle pourrait un jour remplacer avantageusement les sempiternelles injections ou en diminuer le nombre.
PUB

Une insuline inhalée pour équilibrer un diabète de type 1

Selon un groupe de chercheurs américains une insuline à inhaler avant le repas pourrait se substituer à l'injection sous-cutanée. Cette nouvelle voie d'administration a été testée chez 35 patients diabétiques de type 1 (insulinodépendant) et comparé à 37 autres sujets continuant leur traitement habituel comportant deux à trois injections par jour. Quel que soit le groupe, l'équilibre glycémique obtenu est tout aussi satisfaisant; les modifications de la glycémie à jeun et post-prandiale, la survenue et la sévérité des hypoglycémies sont identiques. L'insuline inhalée est très bien tolérée et n'exerce pas d'effet sur la fonction pulmonaire. L'inhalation pourrait donc très avantageusement remplacer l'injection pré-prandiale. Toutefois, des études à grande échelle sont maintenant indispensables afin de déterminer son efficacité à long terme et d'obtenir les données de sécurité les plus fiables.

PUB
PUB

Une alternative en cas de diabète de type 2

Une étude similaire réalisée auprès de diabétiques de type 2 (non-insulinodépendant) a donné des résultats tout à fait similaires, montrant que l'insuline inhalée pourrait être utilisée quel que soit le type de diabète.En effet, en cas de diabète de type 2, une prise en charge diététique associée à une activité physique régulière et adaptée est toujours entreprise en première intention. Si celle-ci n'est pas suffisante pour réguler la glycémie, des médicaments anti-diabétiques oraux sont prescrits et en dernier recours, une insulinothérapie devient indispensable. Toutefois, nombre de patients perçoivent très mal ce traitement en raison des injections. L'insuline inhalée représenterait alors une alternative intéressante pour ces personnes contraintes à l'insulinothérapie.

Publié le 26 Février 2001
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Skyler J.
Voir + de sources
S. et coll., Lancet, 357 : 331-335, 2001. Gale E.A.M., Lancet, 357 : 324-325, 2001. Cefalu W.T. et coll., Ann. Intern. Med., 134 : 203-207, 2001. Nathan D., Ann. InterN Med., 134: 242-244, 2001.