Le pancréas artificiel : fini les injections d'insuline ?

Pour la première fois au monde, une pompe libérant de l'insuline en continu en fonction du taux de glucose sanguin a été implantée chez un diabétique français. Il s'agit en quelque sorte d'un pancréas artificiel qui pourrait mettre fin aux injections d'insuline et aux contrôles glycémiques. Une avancée d'envergure pour nombre de diabétiques.
Publicité

Une équipe de l'Hôpital Lapeyronie de Montpellier, vient d'implanter chez un patient diabétique insulinodépendant le premier prototype de pancréas artificiel. Ce dispositif comporte deux parties entièrement implantées: une pompe à insuline dans l'abdomen et un détecteur continu de la glycémie au niveau de la veine cave supérieure. Si actuellement ces deux appareils ne sont pas solidaires l'un de l'autre, ce premier essai devrait confirmer la fiabilité du système de détection avant de pouvoir les relier entre eux. Il s'agit donc bien d'un pancréas artificiel: une pompe permettant de délivrer de l'insuline en fonction du taux de glucose sanguin mesuré en continu.

Publicité
Publicité

Cette première phase d'observation qui devrait durer six mois, s'inscrit dans un essai qui sera conduit chez cinquante patients. Ainsi, neuf diabétiques français et quarante Américains (l'appareillage ayant été mis au point par une firme américaine), devraient bientôt bénéficier à leur tour du pancréas artificiel. S'il est encore trop tôt pour annoncer la fin des injections d'insuline, cette avancée technologique majeure constitue un message d'espoir réel et concret pour nombre de diabétiques !Précisons que cette technique s'adresse à des patients dont le diabète est difficile à équilibrer et source de complications sévères, nécessitant une amélioration stricte de la glycémie. Les clients potentiels représentent donc 10% des diabétiques de type I en France, soit quinze mille à vingt mille patients. De nouvelles perspectives s'annoncent pour ces diabétiques !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 27 Novembre 2000 : 01h00
Source : Impact Médecin Hebdo, N°511, 17 novembre 2000.