La dépression du post-partum se traite

La dépression du post-partum, juste après l'accouchement, touche plus de 13% des femmes. En raison notamment de ses conséquences importantes, et parfois définitives, dans la vie d'une mère et d'un enfant, cette maladie doit être dépistée et traitée. Il existe aujourd'hui des médicaments ayant fait leurs preuves.
PUB

La dépression du post-partum touche environ 13% des femmes, soit un état dépressif pour 8 accouchements. Son origine n'a pas été clairement définie (facteurs génétiques, psychologiques, environnementaux, transgénérationnels, antécédents de fausses couches, d'IVG…), mais la chute brutale des taux hormonaux est très probablement l'une des causes.

Un état dépressif majeur dans le post-partum se définit par la présence d'au moins 5 des symptômes suivants :

PUB
PUB
  • humeur dépressive, souvent accompagnée ou éclipsée par un état d'anxiété sévère ;
  • diminution importante d'intérêt et de plaisir dans les activités quotidiennes ;
  • troubles de l'appétit ;
  • le plus souvent perte d'appétit et de poids ;
  • troubles du sommeil ;
  • le plus souvent insomnie ou sommeil fragmenté, même pendant la période de sommeil du nouveau-né ;
  • agitation physique (le plus souvent) ou ralentissement psychomoteur ;
  • fatigue, perte d'énergie ;
  • sensation de dévalorisation ou sensation inappropriée de culpabilité ;
  • diminution de la concentration ou de la capacité décisionnelle ;
  • pensées récurrentes de mort ou idées suicidaires.

Un état dépressif majeur dans le post-partum se définit par la présence d'au moins 5 des symptômes suivants :

Les traitements existent

Certains antidépresseurs, les inhibiteurs de recapture de la sérotonine, sont les médicaments de choix dans les formes sévères. Ils ont très peu d'effets toxiques et sont employés aisément chez la femme qui allaite.

Une maladie à ne pas négliger

Il est indispensable de traiter cette maladie, laquelle peut avoir des conséquences importantes sur la relation mère-enfant. Cette dépression qui survient juste après l'accouchement est trop souvent attribuée à une fatigue naturelle liée à la grossesse. De plus, elle est culpabilisante. Cependant, il est indispensable d'oser en parler, de s'exprimer. Consultez votre médecin, il vous aidera. Diagnostiquée et prise en charge à temps, la dépression postnatale pourra rester un épisode isolé sans conséquence ultérieure et sans récidive.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 04 Décembre 2002 : 01h00
Source : Wisner K.L. et coll., N. Engl. J. Med., 347 : 194-9, 2002.